Partagez | 
 

 One gun, one breath and I. [TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 21:26



   
Identity Card


Feat "Matt Smith"
   
   (c) Copyright


   

    Ils étaient venus d’Angleterre avec leurs enfants, recherchant un moyen de subvenir à leurs fins ; et ils avaient faillis quelques années ensuite. Deux garçons à peine adulte, laissés dans un monde qu’ils ne comprenaient pas encore. Ils avaient dû faire face ensemble jusqu’à ce que l’un deux ne dérape vers une obscurité que l’autre ne parvenait pas à comprendre. Ils étaient jumeaux et pourtant si différents. William Reyes avait choisi un chemin un peu plus droit, une route sûre pour un avenir correct le menant en école de police pour finalement finir agent à la Criminelle de New-York. Trente ans, qualifié, digne de confiance auprès des autorités. Un homme bien à qui il ne manquait plus qu’une famille, un détail sur lequel il ne parvenait pas encore à se concentrer malgré les possibilités que lui offrait la Grosse Pomme. Une petite maison paisible à Staten Island, une vie quotidienne tout à fait normale pour un hétérosexuel de sa classe sociale. William n’a rien à envier aux autres, hormis peut-être leur tranquillité d’esprit. Celle qu’il n’a plus eut après certains actes.



   
Once upon a time...


   
Une chanson pour commencer cette présentation ? ;
ALESANA | The murderer
   ▬ Histoire ;
   



J’ai vu beaucoup d’étincelles s’estomper dans les yeux de ceux qui m’entouraient et je ne pouvais rien y faire. C’est ainsi que j’ai compris qu’être un homme bon ne suffisait pas dans certaines situations. Et à défaut de ne rien pouvoir faire de plus, je disparaissais, allant évacuer cet amas de colère qui subsistait en moi là où je le pouvais. J’aurais voulu aider le monde entier si j’en avais eu l’opportunité mais je ne suis qu’un homme ; qu’un être humain parmi tant d’autres… condamné à regarder l’humanité se déchirer jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien ni personne pour tenter de bâtir un monde meilleur. Trop peu d’âmes parviennent à survivre, à vaincre cette violence qui a tendance à s’installer partout et nulle part. Je ne prétends pas faire partie de ceux qui parviennent à barricader leur esprit, non, bien au contraire et je les envie. Je suis tout l’inverse et ça malgré moi. Je ne vis que dans l’espoir de voir un peu plus de justice appliquée, de pouvoir faire en sorte que notre libre arbitre ne soit pas un chaos des plus totales ; quitte à en utiliser la force pour y parvenir. La loi du plus fort. Parce que j’ai vu ma famille en pâtir, mes parents en mourir et mon frère y céder. Il ne restait plus que moi. Moi et ma volonté de mettre un terme à ce fléau. J’en ai hurlé à m’en déchirer les cordes vocales, à m’en faire exploser les poumons pour finalement me reprendre en main. L’école de police, une voie que j’avais envisagée en dernier mais qui avait finalement été mon premier choix. J’avais trouvé une raison d’avancer tout en assouvissant ce besoin d’être rassuré. Je voulais être sûr d’être capable de faire le bien, je voulais prouver à quiconque voulait l’entendre que la seule parcelle d’obscurité ayant grandi en ma personne ne subsistait que parce qu’il excitait encore assez de mal pour la nourrir. A cette époque, j’étais déterminé à faire mes preuves et j’y étais parvenu avec le temps. Mais des obstacles s’invitent, des pièges se présentent et des choix s’imposent.

J’avais vingt-six ans le soir du meurtre de mon frère. Elle avait été ma coéquipière pour cette journée-ci, celle durant laquelle l’on m’avait envoyé sur le terrain en pensant qu’il n’y aurait rien à faire. Ça avait été vrai jusqu’en début de soirée. Des rafales de vents s’étaient abattues sur New-York, la pluie n’avait que faire des petites torrents qu’elle parvenait à faire naitre le long des trottoirs et ses gouttes venaient frapper inlassablement le toit de la voiture de patrouille. L’on m’a dit regarde et apprends. J’avais appris que les minutes pouvaient s’écouler plus que lentement lorsque l’ennui se présentait à vous comme votre meilleur ami. J’en étais arrivé à parler de ma vie en Angleterre, de mes parents qui s’étaient aventurés à New-York grâce à la promotion de mon père dans les affaires et de la manière dont ce nouveau départ les avait rongé ; lentement et douloureusement. Je me souviens avoir parlé de Matthew, ce frère jumeau que j’avais aimé de plus en plus suite à la mort de nos parents jusqu’à ce qu’il ne décide d’emprunter la voie des gangs et des mafias… pour ne plus jamais revenir. Elle m’avait écouté avec enthousiasme jusqu’à ce que la radio n’indique des coups de feu pas très loin de là où nous avions passé l’heure tout juste écoulée. Et je me souviens de cette excitation, de cette adrénaline qui avait parcouru mes veines une fois la ruelle aperçue. Et c’est probablement ce soir-là que j’ai le plus appris sur le genre humain, sur la manière dont la peau peut prendre les rênes sur tout et tout le monde. J’ai vu le manteau de la nuit prendre d’assaut la Grosse Pomme et les lueurs des bougies de la voiture parvenir à éclairer l’homme que nous devions atteindre, capuche sur la tête et visage baissé ; sourire aux lèvres, arme à la main. J’avais pris le risque de sortir également, demeurant derrière la portière tandis qu’elle faisait le choix de s’avancer. Je me souviens également avoir accouru avant qu’une arme ne se pointe sur moi et qu’une autre ne gagne la tempe de la jeune femme. Et j’ai senti le parfum même de la terreur glisser jusqu’à moi, j’en humais son odeur jusqu’à m’en imprégner totalement. J’étais effrayé, apeuré à l’idée de ne rien pouvoir faire pour l’aider. Et il avait souri avant de découvrir son visage, n’accentuant que cette haine qui grondait en ce cœur que je ne parvenais plus à supporter. Il était là, devant moi, près à tuer cette femme sous mes yeux comme si les notions de bien et de mal ne lui étaient plus reconnaissables. « Que comptes-tu faire, William ? » Sa voix a résonné quelques secondes dans la rue humide qu’on animait à nous trois. Et il y eut un long silence avant que l’arme qu’il tenait contre moi ne rejoigne le sol et que l’autre en vienne à abattre la brune qu’il avait tenu jusqu’à alors, avant de s’effondrer ; à son tour. Une arme, un souffle et moi. Le bras tremblant, les larmes aux yeux, la force envolée et les renforts arrivés. Je venais de tuer mon frère, la seule famille qu’il me restait ; de sang-froid, au nom de la justice, au nom de la vengeance.

Ils m’ont appelés « héros » et je me suis appelé « meurtriers » ; que ce soit devant eux comme devant la psychologue s’occupant de mes tourments et d’un tas d’autres choses qu’elle est la seule à pouvoir voir d’ailleurs. Et le pire dans tout cela, c’est qu’abattre mon propre frère avait été un tremplin pour ma carrière. Je n’avais rien dit, ni refuser pour autant. L’on m’a gradé et soutenu. Je me suis contenté d’acquiescer, de sourire et de la fermer. J’ai joué comme je l’ai souvent fait parce que je savais enfin que – désormais – cette noirceur ne disparaitrait pas. Pas après ça. Et me voilà arrivé à la Criminelle, promu agent grâce à une détermination hors du commun ; selon eux. Je ne cherche qu’à bien faire mon job, qu’à parvenir à faire tenir l’ordre et les lois parce qu’il semblerait que ce soit mon dernier but encore accessible. J’ai appris qu’il ne fallait se fier à personne d’autre qu’à soi-même dès lors que le doute s’immisçait avec trop d’insistance. Quelques années se sont écoulées depuis ce fameux soir, les choses ont changées, évoluées mais les souvenirs restent et hantent autant qu’ils le peuvent. Je continuerais de me lever chaque matin en songeant au regard qu’il avait pu poser sur moi, au cri silencieux qui n’évoquait rien d’autre qu’un « ose » provoquant et haineux. Nous étions des opposés, dangereux l’un pour l’autre et j’avais été le plus fort ; souvent malgré moi. Comprenez à cette histoire ce pourquoi je continuerais de travailler pour la justice. J’aimerais que rien de tout ceci ne se soit passé, qu’il ne soit écrit ici qu’un roman inventé de toute pièce afin de plaire à une marge de lecteur qui n’aspire qu’à une once d’émotions. Seulement, tout est arrivé. Tout ceci n’est que le fruit d’une réalité tortionnaire et glauque, aussi morbide que l’idée de devoir vivre avec le sang d’un proche sur les mains quand l’on vous dit que vous avez bien fait d’en arriver là. Et, à cela, il ne vous suffit que de sourire et d’avancer ; continuer sur ce même chemin que vous aviez pris au départ. Ce, tout en retenant des leçons apprises à la rencontre de pièges et de drames parce qu’elles sont des sources de force inépuisable.


   
Wanna know more ?


   
La plus grande honte du personnage ;
William se garde bien de parler de ce qu’il a du faire le soir où – pour la première fois depuis longtemps – son frère s’était de nouveau manifesté. Il n’est pas fier d’avoir dû en arriver là et ce meurtre pèse sur sa conscience avec acharnement. Il baissera automatiquement le regard si on lui évoque, il adressera un faible sourire à son interlocuteur et décampera du plancher pour fuir la conversation.
   ▬ Définition de l'enfer pour le personnage ;
L’enfer ne se définie que par la perte d’amis, de collègues même à ses yeux. Il se souvient de cette douleur vécue lorsqu’il avait tiré sur cet homme, sur ce même homme que lui ; physiquement parlant. Il ne supporte pas de voir les autres souffrir, il ne l’accepte pas et considère cela comme la plus mauvaise chose qui puisse arriver à quiconque. Et ça l’effraie, parce qu’il n’est pas encore totalement sûr d’avoir surmonté ses propres souffrances.
   ▬ Définition du paradis pour le personnage ;
Le sourire des autres. Ça rappelle à William qu’il n’y pas que l’obscurité autour de lui depuis ce qu’il a dû faire. Il voit dans le bonheur des autres un moyen de parvenir à trouver le sien, à se dire que tout n’est pas perdu ; qu’il restera – quoi qu’il arrive – de l’espoir. Le paradis se manifeste à partir de là pour lui : voir les autres vivres et s’épanouir, en particulier ceux qui lui sont proches.
   ▬ Point faible du personnage ;
William est impulsif, colérique. Il s’emporte plus que facilement, laisse ses nerfs lâcher dès lors qu’il sait qu’il devra se battre pour garder son calme et il n’en est pas capable. Son point faible est là, il peut à tout moment perdre les rennes de ses actes, de ses mots. Et ça pourrait le perdre, le faire sombrer bien plus violemment que les souvenirs qu’il garde ancrés au fond de lui.
   ▬ Point fort du personnage ;
Il a une volonté de faire qui ne décroit pas avec le temps et ça ne fait qu’accentuer son altruisme envers ceux qui en ont réellement besoin. Aider le rend plus fort à chaque fois parce qu’il se rend compte que n’importe qui pourrait avoir besoin de lui, c’est ce qui lui donne ce courage de tout faire et de tout accepter dans l’espoir d’être utile et bénéfique pour quiconque autour de lui.
   ▬ Casier judiciaire ;
- Meurtre de son frère jumeau ; acquitté (légitime défense).
- Bagarres à répétition.

   
Behind the screen...


   
Prénom ou pseudo ; BlackT.
   ▬ Âge ; 19 ans.
   ▬ Où avez-vous connu le forum ; Partenariats.
   ▬ Connexion ; 7/7
   ▬ Code du règlement ;
   
Spoiler:
 
   ▬ Exemple de RP ;
   
Spoiler:
 
   ▬ Célébrité sur l'avatar ; Matt Smith
   ▬ Multicompte(s) ; /
   ▬ Un dernier truc à dire ? ; Vive les licornes.


Dernière édition par William Reyes le Lun 1 Sep - 16:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar


MESSAGES : 2281
POINTS : 760
AVATAR : Robert Downey Jr
CRÉDIT(S) : <Chouu'>
TAG LINE : On n'est jamais mieux servi que par soit même
PROFESSION : Avocat


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 21:40

Bienvenue Very Happy


♦️ ♦️ ♦️ ♦️ ♦️

« Un enfant n'a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8233-termine-august-sacha-lockhart http://www.ny-thedarkside.com/t8234-august-sacha-lockhart-il-y-a-dans-relation-l-idee-que-tout-est-relatif#714981 http://clo-usb.tumblr.com/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 21:45

Merci bien l'ami Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 22:38

Bienvenue parmi nous fleurs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 22:46

Merci jolie demoiselle, :drague:
Revenir en haut Aller en bas
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5590
POINTS : 3068
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 22:53

On va être tout plein à la Crim' ! :barge:
Bienvenue parmi nous futur rouge !

Bon courage pour ta fiche Wink



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482 En ligne
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 22:53

Oh Matt Smith super choix !

Bienvenue fleurs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 22:57

Plus on est de fous, plus on rit Erika. Wink
*essuie les larmes de Nina en même temps*

Merci vous deux !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Dim 31 Aoû - 23:22

Bienvenue ici ! :étoile:
Revenir en haut Aller en bas
В тихом омуте черти водятся


avatar


MESSAGES : 1115
POINTS : 946
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDIT(S) : Fatal†Error (ava) / Tumblr (sign)
TAG LINE : "C'est l'histoire d'un hamster, et à la fin...il meurt."
PROFESSION : Gérant du Fight Club


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Lun 1 Sep - 15:40

Très bon choix d'avatar. Je l'ai vu récemment dans "Womb" j'ai adoré!

Bienvenue et amuse toi bien avec ce perso!


TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8202-terminee-igor-d-zolnerowyk http://www.ny-thedarkside.com/t8208-igor-demyan-zolnerowyk-twisted-mind-in-frozen-wolrd
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Lun 1 Sep - 16:08

Ahah, on est d'accord. Ce film est énorme. :brille:
Merci vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Lun 1 Sep - 16:52

DOUBLE POST : pour dire que j'ai terminé ma fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Reine des Glaces
Gott weiss ich will kein Engel sein

avatar


MESSAGES : 14151
POINTS : 451
AVATAR : Eva Green
CRÉDIT(S) : Fatal†Error
TAG LINE : « Having a vagina doesn't stop me from believing that my balls are bigger than yours. »
PROFESSION : Propriétaire des agences d'escorte Malkovski / Maquerelle de Luxe - Propriétaire par héritage du Fight Club


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 35 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Mar 2 Sep - 11:06

Je suis d'accord, "Womb" est super :eyes:

Bienvenue sur le forum !
J'essaye de lire ta fiche ce midi Wink




    She'll suck you dry... But still you'll cry, to be back in her bosom. To do it again. She'll make you weep... And moan and cry, to be back in her bosom. To do it again... Saviors and saints, devils and heathens alike... She'll eat you alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5603-terminee-anja-malkovski-you-re-gonna-wish-you-never-had-met-me#448670 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5612-anja-malkovski-as-cold-as-ice#449254 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5611-anja-malkovski-better-not-stand-in-my-way#449243 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t6045-anja-malkovski-there-s-a-devil-laying-by-your-side#497519 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t6037-agence-malkovski-pour
Invité
Invité




MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Mar 2 Sep - 12:58

D'accord, merci. Wink
Ah bah tiens, Eva Green justement. :main:
Revenir en haut Aller en bas
Reine des Glaces
Gott weiss ich will kein Engel sein

avatar


MESSAGES : 14151
POINTS : 451
AVATAR : Eva Green
CRÉDIT(S) : Fatal†Error
TAG LINE : « Having a vagina doesn't stop me from believing that my balls are bigger than yours. »
PROFESSION : Propriétaire des agences d'escorte Malkovski / Maquerelle de Luxe - Propriétaire par héritage du Fight Club


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 35 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   Mar 2 Sep - 18:24


Bravo !

Tu es une future victime de la Fatalité

Eh bien c'est parfait pour moi ! Bon, un rouge de plus ce n'est jamais bon pour les verts que nous sommes Razz Mais j'aime bien ta fiche. Ça risque d'être intéressant la façon dont il est torturé par ce qu'il a fait à son frère. Je te souhaite de bien t'amuser avec ça Wink

En tant que nouvelle victime potentielle, tu peux maintenant faire ta fiche de liens, de sujets, recenser ton métier, comprendre le système de points, voter pour le forum, lire les frappes pour te mettre dans le bain, et te rendre sur cette page où d'autres liens pourront t'être utiles.

Bon jeu parmi nous et n'oublie pas : Personne n'est maître de son destin !  

Fatalité




    She'll suck you dry... But still you'll cry, to be back in her bosom. To do it again. She'll make you weep... And moan and cry, to be back in her bosom. To do it again... Saviors and saints, devils and heathens alike... She'll eat you alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5603-terminee-anja-malkovski-you-re-gonna-wish-you-never-had-met-me#448670 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5612-anja-malkovski-as-cold-as-ice#449254 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5611-anja-malkovski-better-not-stand-in-my-way#449243 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t6045-anja-malkovski-there-s-a-devil-laying-by-your-side#497519 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t6037-agence-malkovski-pour
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: One gun, one breath and I. [TERMINEE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

One gun, one breath and I. [TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Breath Lynas
» Take a breath, take it deep (05/07 à 22h34)
» [Le Terrier] One breath x MINERVA
» « i'll take your last breath and carry you home. » — pandore nyx epheridge's links.
» Kenneth » i can feel my every breath unfold, right down to the second

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York - The Dark Side :: Archives présentations-