Partagez | 
 

 TERMINÉE ● Damian Blake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 0:18

Carte d'identité

     

     

   
(c) Copyright

Damian Blake, fils unique d’une riche famille new-yorkaise restée dans l’ombre même dans des instants de gloire mémorable. Le jeune homme – âgé aujourd’hui de trente-deux ans – s’est vu habitué à vivre comme un Prince pourrait le faire, chérit jusqu’à ce que les âmes de ses géniteurs ne se voient reprises par un Dieu en lequel il ne manque pas de croire ; évitant tout de même l’Église depuis cette tragédie. Il n’a pourtant pas quitté le Grosse Pomme, désireux de continuer de suivre le chemin choisi bien avant qu’il ne se retrouve seul ; plus qu’on ne peut le penser dans un premier temps. Après toutes ces années, Damian est parvenu à faire de grandes études l’ayant conduit jusqu’au poste de professeur en criminologie, surdoué aux capacités décuplées, ayant appris plusieurs langues selon le bon vouloir de son cher père. De ce fait, Blake se contente de son poste malgré la fortune qu’il s’est vu hériter, malgré toutes les portes s’étant ouvertes devant lui, aimant cette voie choisie par instinct dans un premier temps, faisant de lui un fier membre des autorités, toujours prêt à aider si sa vision des choses peut lui permettre telle audace ; ce qui, finalement, arrive plus souvent qu’il ne l’aurait cru. C’est là l’avantage d’avoir conservé et entretenu toutes les relations qu’avaient pu avoir ses parents ; le garçon faisant perdurer le nom de cette famille si populaire et discrète à la fois. Parce qu’il peut lui arriver d’en user, quelques fois, lorsqu’une demoiselle parvient à se faire intéressante – selon lui – lors d’une soirée ou d’une sortie des plus banales qui soient. Il est de ceux qui aiment la luxure, bourré d’arrogance, autoritaire, perfectionniste, assidu, intellectuel et d’un calme légendaire de par l’éducation reçue ; tout de même gentil, protecteur envers les siens bien que ce soit à sa manière. Néanmoins, Damian est aujourd’hui célibataire, amateur de jeunes femmes qu’il devine aisément jolies lorsqu’il en vient à les accoster ; ce qui en étonne bien plus qu’on ne le pense parce que, oui, j’ai oublié, Damian est aveugle depuis son plus jeune âge, depuis qu'il est né, en vérité.
     


   
Il était une fois...


   
Une chanson pour commencer cette présentation


   




Histoire

Elle est la sixième femme retrouvée de la sorte, égorgée dans son propre lit, vêtue d’une magnifique robe de mariée ; disaient-ils. Il n’avait fait qu’écouter, que prendre en compte, l’odeur du sang parvenant jusqu’à lui. Un carnage, il le déduit aisément, l’imagine d’ailleurs trop facilement au parfum qu’il ne parvient pas à oublier ; même après avoir rejoint la fenêtre entrouverte. Damian soupire, regrettant la salle de conférence qu’on lui avait fait quitter en apprenant qu’un nouveau corps avait été offert aux enquêteurs, servis sur un plateau d’argent par un appel anonyme trop court pour pouvoir être pisté. La mise en scène, de ce qu’il peut entendre, restait la même. Et il devine d’ors et déjà les motivations de l’âme responsable de tels actes. Pourtant, ce n’est pas sur les informations qu’on lui donne qu’il finit par se concentrer, faisant abstraction de tous les sons inutiles animant la pièce qu’il s’était vu gagner un peu plus tôt. Il avait fait quelques pas, s’était rapproché d’une penderie après l’avoir devinée en y passant rapidement sa main. Damian, par la suite, n’avait pas bougé de cet endroit, écoutant encore et encore une mélodie qu’il était très certainement le seul à entendre. Il n’avait fait que cela, ignorant finalement et définitivement la jeune femme dont le récit s’était écourté dès lors qu’elle eut compris que ça ne l’intéressait plus. En vérité, il suivait cette affaire depuis un an, à peu près, ayant accepté de faire bien plus que son domaine professionnel officiel. Devenu consultant par la suite, il s’est avéré que ses capacités pouvaient être bénéfiques pour les enquêtes n’avançant pas ; celle-ci, dans un premier temps. Il connaissait la méthode, le mode opératoire, il savait à quoi s’attendre quand le pseudonyme trouvé au coupable résonnait dans ses salles de classe lorsqu’il ne restait plus que lui à l’intérieur de celles-ci, après la présentation d’un lieutenant – parfois même deux – ou d’un ami, de longue date, ancien respecté parmi tous les agents présents dans les parages, partageant un dossier qu’il est le seul à pouvoir lire pour le plaisir de Blake ; toujours attentif lors des découvertes, jusqu’ici, jusqu’à ce qu’une nouveauté ne vienne briser cette coutume. Et ce vieil homme-là, cet inspecteur l’avait compris, même deviné en entrant dans la pièce, le milliardaire toujours à sa place, quelque peu déconnecté de tout ce qui pouvait aller et venir autour de lui. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

Damian n’entend qu’à moitié la voix du vieillard, son attention fixé sur tout autre chose, là, derrière le mur auquel il tourne le dos. Mais il attend, patiente, essaie de se convaincre que ce n’est qu’un rêve, qu’une tromperie offerte par son esprit parce qu’il pourrait résoudre toute cette affaire, parce qu’il pourrait, en cet instant même, pouvoir mettre la main sur le tueur de toutes ces femmes. Et c’est ce qu’il souhaite, plus que tout depuis bien des mois et des mois. Aussi, il veut en être sûr, l’ambiance extérieure s’estompe, Damian ne l’entend plus. Il décide de mettre un terme à l’attention qu’il avait pu porter aux conversations diverses et variées des personnes présentes dans l’appartement, ne se focalisant plus que sur le revêtement effleuré du bout des doigts un peu plus tôt. Le jeune homme reste de marbre, immobile aux côtés du cagibi, sa canne entre les mains, tête baissée. Il en oublie l’endroit, le temps, toutes les autres notions lui étant nécessaires afin de pouvoir s’y retrouver ; ce, à défaut de ne pas parvenir à voir et à contempler l’aube ou le crépuscule se lever comme n’importe qui le ferait. Mais la main de l’homme, qu’il sent à ses côtés de par son eau de Cologne, tout juste posée sur son épaule le ramène à la réalité des choses, au monde tel qu’il est plutôt que tel qu’il peut le ressentir, plongé dans un néant qui n’appartient qu’à lui depuis son tout premier jour. « Avez-vous vérifié tout l’appartement ? » La question tombe, quelques rires de policiers vexés se font entendre dans le couloir suite à sa question, simplement posé à son ami plus qu’aux autres alentours. Et ses traits en dissuadent plus d’un lorsqu’ils hésitent à prendre la parole, Damian ne manquant pas de s’en apercevoir, relevant le visage comme s’il pouvait pleinement les voir. Ce n’est pas eux qu’il veut entendre, seulement les dires d’un homme en qui il est sûr d’avoir confiance et son hésitation ne fait que confirmer toutes les pensées qui, une à une, s’invitent au travers de son esprit vidé de tout si ce n’est de la chamade irrégulière qu’il distingue un peu plus loin ; celle qu’il écarte de toutes les autres s’élevant doucement autour de lui suite à la question qu’il a posé, celle à laquelle aucune réponse n’est encore parvenue. « Dites-moi d’abord ce qu’il y a, Blake. » L’intéressé ne répond pas de suite, se concentrant à nouveau sur les souffles qu’il devine chaque seconde un peu plus puissants, toujours plus apeurés. Son visage, à nouveau, s’abaisse, légèrement tournée vers le placard tout comme son attention. Il écoute, fait au mieux pour traduire les émotions qu’il parvient finalement à comprendre, bien trop aisément. Son cœur est faible, sa panique, sa détresse aussi violente que l’orage qui s’était manifesté durant la nuit pendant qu’on tuait sa mère. Ce n’est qu’un enfant, caché, dissimulé sous une tonne de linges décrochés parce qu’il fallait faire vite, parce qu’ils l’avaient entendus entrer en ces lieux, parce qu’ils l’avaient tous les deux vus tandis que lui n’avait perçus que la jeune femme aujourd’hui étendue sur le tombeau que sont devenus ses draps. L’aide qu’il leur fallait se trouve là, à ses pieds et Damian ne se prononce pas encore, éperdu sur la complainte que deviennent les respirations de la petite fille dont l’existence n’est – pour l’instant – connue que par lui. Aussi, il se perd sur cette dernière, n’écoutant plus que cela, se coupant du reste comme un peu plus tôt, cette fois la conscience prise d’assaut par sa mémoire.

~


Le tonnerre s’est mis à frapper la façade de la maison, bien assez pour réveiller le petit garçon qui – pourtant – n’avait pas eu de mal à s’endormir malgré ceux-là. Il se redresse, doucement, craignant de faire le moindre bruit au cas où la jeune femme que ses parents avaient choisie, ce soir, pour le surveiller durant leur absence se soit endormie. Il ne tient pas à briser son repos, à couper le sommeil qu’elle était parvenue à trouver aussi malgré la tempête ayant pris d’assaut Staten Island et tout New-York ; gagnant très certainement la côte que ses parents – tous deux avocats renommés – ont rejoints pour un énième gala en ville. Instinctivement, les pas du jeune Damian le mènent jusqu’au salon, là où la télévision se fait encore entendre, guidant son chemin afin qu’il n’arrive au canapé sans heurter le moindre obstacle que Maggie, la jeune femme en question, aurait laissé ici et là afin de l’entendre arriver. Les soupires de l’adolescente se font calmes, paisibles, assez pour qu’il puisse la deviner assoupie sur le canapé du grand séjour, assez pour qu’il ne comprenne aussi que ses parents n’étaient toujours pas de retour. Il n’a aucune idée de l’heure qu’il est, ignore la plupart des choses lorsqu’il se retrouve seul de la sorte, consciemment en tout cas ; ce qui ne le dérange pas plus que cela. Il s’approche dans le calme, effleurant délicatement la place qu’il désire prendre du bout des doigts, cherchant à ne pas la réveiller en sachant pertinemment que se rendormir avec un temps comme celui-ci serait un défi impossible à relever. Lui, en tout cas, n’y parviendra pas, toujours concentré sur le moindre son pour s’y retrouver convenablement dans un espace ou dans un autre ; l’orage de plus en plus violent ne lui permettra pas de fermer l’œil, façon de parler. Alors, il prête une oreille attentive à la chaine laissée, celle que Maggie avait pu regarder avant qu’elle ne s’écroule de fatigue, la respiration toujours aussi calme que lorsqu’il s’était rendu dans cette pièce. Les informations locales bousculées, paniquées par toutes les conséquences qu’offrent les intempéries actuelles à la Grosse Pomme. On parle de légères inondations, d’arbres renversés, d’accidents plus ou moins graves dans les ruelles de la ville qui ne dort jamais. Damian, lui, se sait à l’abri de tout cela au sein de sa demeure, protégé de tout et de tout le monde, manoir surélevé par rapport à la rue, bien assez espacé des arbres qui ornent sa cour. Il n’a rien entendu tomber cette nuit, aucune frayeur n’est venue le tirer de son sommeil avant le dernier coup de tonnerre et s’il avait pu se concentrer sur cela pour tenter de déduire si, oui ou non, quelque chose s’était produit aux alentours de son chez-lui plutôt que sur les informations de dernière minute, Blake l’aurait probablement fait. Mais quelques mots l’ont interpelés, des faits ont retenus son attention, n’insufflant qu’un début de panique, tout de même violente et soudaine au cœur du petit garçon qui, instinctivement, se met à battre encore et encore plus fort, toujours plus douloureusement parce qu’il relit le tout à l’absence prolongé de ses parents. L’orage gronde à nouveau, le petit garçon se met à sursauter, faisant tomber la télécommande par la même occasion ; chose à laquelle il ne prête aucune attention, quelque peu effrayé des idées qui prennent déjà place dans sa tête, toujours à sa place comme paralysé par ce qu’il ose imaginer bêtement. « Damian ? » La voix de la jeune femme lui semble lointaine, surement même un peu trop parce qu’il voudrait s’y accrocher, il voudrait s’y attarder pour ne pas que ses nausées ne gagnent en intensité. Il lutte, le gamin se bat pour revenir à la réalité des choses, regrettant presque la vue qu’il aurait pu avoir si les choses avaient été toutes autres ; parce qu’il a aurait aimé savoir si des images avaient été montrées, parce qu’il aurait voulu se rassurer immédiatement quant aux scénarios morbides qu’il construit déjà sans aucune confirmation. « Damian, retournes dans ta chambre. Tes parents ont dit pas de télé pour ce soir. » Souffle-t-elle à son oreille alors qu’il se recule un peu, s’enfonçant davantage dans le fauteuil comme pour ne pas le quitter. « Je reste juste un peu, pas longtemps. » Sa petite voix parvient à attendrir la jeune femme parce qu’elle laisse échapper un petit rire, semblant quand même deviner l’inquiétude dans la voix du jeune homme parce qu’elle change finalement de chaine, fouillant les programmes destinés aux non-voyants, payés pour le brun qui, sagement malgré l’agitation qui le possède, ne se concentre plus que sur cela. Ce ne sera qu’une heure plus tard que le téléphone se mettra à sonner, Damian se levant d’ors et déjà pour répondre, devancer par Maggie. Le jeune Blake n’aura que hausser les épaules, allant pour rejoindre le canapé, s’autorisant tout de même un détour dans le séjour afin de saisir l’horloge sur l’un des meubles, s’informant de cette dernière pour deviner qui pourrait appeler aussi tôt ; priant pour que ce soit ses parents. Et lorsqu’il se concentre réellement sur la conversation qu’à l’adolescente, il comprend que ses prières ne seront pas exaucées. Il a entendu son souffle se couper, tout autant que le sien lorsqu’il avait compris que les nouvelles n’étaient probablement pas celles qu’ils auraient aimé recevoir, quelques sanglots se logeant dans la gorge féminine. Damian ne bouge plus, loin d’être stupide, reliant la réaction de Maggie aux informations entendues un peu plus tôt. Il se sait tremblant, ne parvient pas à calmer tout cela, pas même lorsqu’elle vient le prendre dans ses bras, essayant probablement d’atténuer le choc à venir, d’estomper la souffrance qui, d’une seule traite, s’est emparée de son être dans son intégralité. Il attend, se perd dans le néant habituel que constitue sa vue depuis qu’il est né, bien souvent considéré comme un réconfort pour tout ce qui pouvait lui arriver, tout ce qui lui tombait dessus sans qu’il ne soit encore pleinement en mesure de les deviner à l’avance. Et, bien qu’il refuse de l’admettre, Damian n’aurait jamais pu prévoir que ça arriverait, qu’il sache gérer ses capacités ou non. Plusieurs heures se seront écoulées après la nouvelle, la voix du petit garçon ne se sera pas élevée, pas une seule fois ; pas même lorsque, encore un peu plus tard, les affaires personnelles de ses parents avaient été rendues. Il s’était attardé dessus, caressant chacune d’entre elles jusqu’à ce qu’elles ne soient imprimées dans sa mémoire. Il s’était renfermé, noyé dans des eaux froides et déchirantes, refusant le moindre contact, désireux d’un peu de solitude jusqu’à l’enterrement, au moins. La grande maison n’aura jamais été aussi silencieuse qu’au cours de ces derniers jours, Damian constamment assis dans le fauteuil qu’occupait son père lorsqu’il restait, lui aussi, entre ces murs au cours d’un jour de repos bien mérité. Mais il leur devait un dernier au revoir, un adieu qu’il n’avait pas pu leur faire, pas complètement. Aussi, il n’avait fait que suivre Maggie plutôt que ses grands-parents dans les allées du cimetière, sa main dans la sienne, l’autre tenant fermement sa canne. Il avait choisi de ne rien écouter, de faire abstraction de la voix du prêtre qui, à maintes reprises, s’était inquiété de son état. Damian n’avait fait qu’acquiescer, à chaque fois, le Père s’en contentant ; grand bien lui fasse. Et la dernière minute se présente, tortionnaire, aussi tranchante qu’une lame qu’on aurait enfoncée contre son cœur, le petit garçon attend, se recueille une dernière fois auprès des deux âmes qu’il avait pu perdre quelques jours auparavant, le cœur battant, encore et toujours, chaque seconde un peu plus que précédemment. Et on vient l’appeler, on énonce son prénom. Une fois, deux fois, trois fois avant qu’à nouveau, une main se pose sur son épaule.

~

« Damian, petit ? Tu m’écoutes ? Bien-sûr que l’on a fouillé toutes les pièces qu’est-ce que tu sous-entends ? » Il ne met pas de suite un terme au contact, persistant sur ce dernier comme pour s’assurer que le trentenaire revient à lui. C’est le cas, parce qu’il se redresse, parce qu’il reprend une certaine droiture dans sa position, relevant la tête qu’il tourne dans sa direction sans pour autant savoir s’il vise juste ou non. Il le devine tout de même, en revient à la totalité des sons se faisant entendre dans la pièce, à la panique qui semble prendre le contrôle sur celui qui lui fait face, vieil ami de ses parents, ayant foi en ses capacités depuis la première affaire résolue par Damian. Il avait vu le potentiel chez lui, il avait cru qu’il parviendrait à le mettre sous son aile mais l’indépendance du jeune homme est tenace ; tout comme son arrogance. Il se sera autorisé quelques minutes pour se remettre de ses souvenirs revenus à la surface aussi brutalement qu’une claque qu’il aurait pu se voir assignée, accordant enfin toute son attention au vieillard attendant toujours une réponse de sa part, le ton un peu moins conciliant que dans un premier temps de par les presque accusations qu’il porte aux hommes de ce dernier, sachant pertinemment qu’ils avaient bâclés leur travail, et en beauté. « Mon père vous laissait-il lui parler de la sorte, lui aussi, vous l’appeliez par son prénom en pensant que c’était votre droit ? » Demande-t-il enfin, peu enclin à laisser cet irrespect survenir seulement parce qu’il s’est absenté moralement quelques secondes. Un long silence s’installe dans la salle, permettant au jeune homme de prêter – à nouveau – une oreille attentive à la petite fille apeurée, celle dont les derniers ordres de sa mère l’empêchaient encore de se manifester, exténuée par l’angoisse, le traumatisme et la fatigue. « Et vous, surveillez votre langage. Vos prestigieuses études et vos comptes en banque ne vous autorisent pas à me parler sur ce ton devant mes hommes. Dois-je vous rappeler… » Il n’écoute pas la fin, s’enferme dans sa bulle en essayant de garder un calme olympien, un faible sourire se dessinant sur ses lèvres. Blake s’est vu miser sur la bonne remarque, confirmant désormais la peur que pouvait avoir l’homme, dont la voix ne s’estompe pas, à l’égard de son paternel, une petite vingtaine d’années plus tôt. Aussi, il relève la tête, un peu plus haut que la normale, s’intéressant à tous les alentours plutôt qu’à lui, déjà persuadé qu’il mettrait fin à sa carrière suivant les prochains mots d’ors et déjà logés dans sa gorge. Et sa patience a payé parce qu’il ne haussera pas la voix, parce qu’il restera ce calme ambiant qui le caractérise si souvent, dans ce genre de situations, Damian se tournant en direction de celui qui n’a de cesse d’essayer de se justifier sur l’aide qu’il lui a soi-disant apporté ; lorsqu’il essayait de s’attirer ses faveurs pour ne pas perdre un atout précieux de sa maigre collection d’hommes encore plus ou moins capables de faire les choses correctement. « Il y a une petite fille, dans ce placard. Elle a vu son visage mais elle est effrayée. Préparez votre retraite, monsieur Meyers, votre dernière enquête vient de prendre fin. »

A ces mots, plusieurs agents se précipitent déjà derrière lui, découvrant avec horreur l’état de la gamine, faisant au mieux pour la sortir de la pièce avant qu’elle ne puisse poser le regard sur le corps mutilé de sa mère. Quant au vieil homme, il ne bouge plus, stupéfait, honteux, ne parvenant pas à parler ; plus maintenant. Damian en soupire, déposant une main tout de même amicale sur son épaule, quittant les lieux en sachant qu’il n’avait plus rien à faire ici. Le professeur ne laisse rien paraitre, seulement désireux de retrouver son appartement, de s’y enfermer pour réfléchir, tenter de se convaincre que celle qu’ils venaient de retrouver s’en sortirait ; tout comme lui y était parvenu malgré l’absence de ses géniteurs, malgré son handicap quand même bénéfique dans certains cas. Il avait seulement eu de la chance de pouvoir se trouver aussi près d’elle dans la chambre, la cloison du mur ayant été fine et la panique fulgurante. Parce qu’il aurait pu ne pas l’entendre, parce qu’il aurait pu ne se rendre compte de rien ; comme la plupart des personnes présentes lorsqu’il avait révélé son existence. C’est d’ailleurs ce qui le tracasse en cet instant, ce qu’il cache malgré lui afin de ne pas avoir à exposer des sentiments qui ne lui vont pas, toujours si peu démonstratif de peur que cette faiblesse ne prenne les devants sur l’homme fort qu’il doit être depuis le jour dont il s’est souvenu, concentré sur le chagrin et la peur aussi brutale que la sienne cette journée-là. Aussi, il s’autorise quand même une bonne bouffée d’air frais en descendant au pied de l’immeuble, essayant de faire le vide dans sa tête, de mettre un terme aux mélanges de sons, divers et variés, que produisent les policiers et les journalistes, sans parler des conversations des curieux venant dans l’espoir de pouvoir apercevoir quelque chose, dans la simple optique d’assouvir un besoin malsain de voir le mal tel qu’il peut être, l’horreur dans ses moindres détails comme avide de ce frisson dérangeant le long de la colonne vertébral. Il baisse à nouveau la tête, quelque peu dépité par tout cela, par tout ce qu’il entend prendre forme autour de lui, presque bien heureux de ne pas pouvoir apercevoir telle stupidité, persuadé que son imagination de cette dernière n’est pas tout à fait trop différente de ce que les autres voient. « Monsieur Blake, quel est votre rôle dans cette enquête ? Pourquoi ont-ils fait appel à vous après avoir compris qu’il s’agissait d’un seul et même homme pour les six autres femmes en sachant que vous n’êtes que professeur dans le domaine ? Qu’avez-vous découvert dans cet appartement ? » Les questions se tournent finalement sur lui, premier sorti du hall, l’un des premiers apparaissant aux médias avec les informations qu’ils attendent de pouvoir reverser à quiconque voudrait l’entendre. Il n’affiche qu’un sourire, ne dépassant pas le périmètre de sécurité installé par la police ; cette dernière luttant pour contenir la horde de journalistes venus exprès pour l’occasion. « Je ne suis pas celui qui fait les déclarations, et ils ont fait appel à moi parce qu’ils en avaient besoin. Tout le monde a besoin d’un peu d’aide, il faut seulement le reconnaitre et c’est ce qu’ils ont fait. Ils sont sur la bonne voie. » Il aura usé d’éloquence, comme toujours, aimable au possible bien qu’un peu dédaigneux sur certains points. Ici, Damian aura réussi à rester diplomate, osant se montrer aux caméras qu’il n’a pas vraiment pu compter, ne parvenant plus vraiment à se concentrer. En vérité, le manque de sommeil commence à le démanger aussi, c’est ce pourquoi il ne prend pas en compte le reste des questions qu’on lui pose, rejoignant sa voiture dans laquelle il s’installe, renseignant son chauffeur sur sa prochaine destination. Manhattan, son appartement, ses draps en quête de quelques heures de silence absolu, accompagné d’une solitude des plus robustes et, malgré lui, habituelle. Il gardera tout de même en tête cette satisfaction personnelle, cet instant de paix intérieure en sachant qu’il venait de résoudre ce qui, depuis plus d’un an, trainait sans aucune preuve exploitable, un rictus gagnant ses lèvres tandis que la route jusqu’à son antre s’écourte toujours plus chaque seconde ; assez rapidement parce qu’on l’informe déjà de son arrivée à son bâtiment, le guidant jusqu’au hall ou il congédie son chauffeur. « Merci, Philip. Reposez-vous ce week-end, je saurai me débrouiller. » Ce dernier acquiesce verbalement, quittant les lieux, laissant Blake derrière lui après qu’il ne lui ait demandé, celui-ci rejoignant ses murs, son petit havre de paix silencieux, coupé de tout et de tout le monde. Le trentenaire s’engouffre dans les lieux, défaisant son costume, retirant ses lunettes qu’il dépose – par habitude – sur le meuble ornant son petit couloir d’entrée. Il n’y a pas de lumière, aucun obstacle barrant sa route dans cet espace qu’il est parvenu à apprendre par cœur au fur et à mesure du temps passé ici, depuis son choix de se défaire de ses grands-parents, bien décidé à prouver qu’il s’en sortirait. Il songera à tout cela, avant que Morphée ne décide de lui offrir un peu de répit bien mérité, également bercé par la pluie qui, lentement et délicatement, frappe contre les fenêtres de la résidence. Et ses journées se résumaient à cela, aider son prochain comme ce que demandait Dieu à ses fidèles, luttant contre un crime en hausse dans une ville aussi attractive que celle dans laquelle il vit depuis sa plus tendre enfance, désireux de faire prôner une certaine justice. Il y consacre tout son temps, tout son savoir, ses capacités, tout son cœur ; que ce soit lors des conférences données, lors des cours énoncés ou, encore, lorsque les autorités n’avaient pas d’autres choix que de faire appel à un esprit extérieur, s’y connaissant tout de même dans le métier. Ça lui avait offert un titre de consultant, Damian bien souvent choisi de par ses capacités et cette espèce de don que devient son infirmité dans ces cas-ci. Il se contente de cette vie-là, plutôt fier de ce qu’il accomplie, souvent rassuré en songeant à l’approbation qu’auraient eu ses parents quant à la voie qu’il avait choisi pour parvenir jusqu’ici, et sans trop de mal d’ailleurs. Jeune ambitieux destiné à de grandes choses.
     


   
...avec plus de détails


   
Définition de l'enfer et du paradis pour le personnage


« Tu ne tueras point. » C’est ce qu’ils ont marqué, ce que beaucoup respectent d’ailleurs et ce qu’ils espèrent pouvoir tenir comme promesse. Parce que son métier implique bon nombre de situations aléatoires, parfois surprenantes, souvent dangereuses en sachant que le monde est fait d’injustice et de névroses. Et il craint d’arriver à un point de non-retour, aux portes d’un Enfer qu’il n’imagine pas très bien mais en lequel il pourrait aisément croire. Tuer, se défendre, battre pour garder la vie sauve si les choses venaient à mal tourner ; c’est ce qu’il redoute le plus désormais et, ce, depuis qu’il est parvenu à occuper cette place au cœur des autorités lorsqu’elles se trouvent avoir besoin de son aide. Il ne s’en lasse pas, ayant fait de son métier une passion, quelque chose qui fasse sa fierté. Il ne persiste sur cette voie-ci qu’en l’honneur d’une justice qu’il aime savoir appliquée, juste et respectée. C’est là l’un des buts que Damian aimerait accomplir, baisser le taux de criminalité d’une ville comme New-York, faire enfermer ceux qui ne méritent pas plus que quatre murs et quelques barreaux. Tout cela, sans avoir à user de force ou de pêchés. En y parvenant, Damian ne verrait que sa vie accomplie, réussie, telle qu’il aurait pu l’imaginer en songeant à l’avenir qui lui était réservé. Cependant, mise à part cela, le trentenaire n’est pas spécialement un homme pouvait penser que les définitions de l’Enfer ou du Paradis peuvent être, justement, définissables. Il n’en reste pas moins un bon catholique, se recueillant quelques fois dans l’église de son quartier, cherchant à trouver ce qui pourrait se confondre à ces deux au cours de sa vie ; il ne s’y attarde jamais réellement plus d’une petite demi-heure, sachant pertinemment que ces questions-ci n’avaient aucune raison d’être en son esprit. Aussi, vivre assez longtemps pour voir davantage est un privilège qu’il ne veut pas perdre, une satisfaction que d’autres considèreraient synonyme d’un éventuel Paradis, et la perdre rapidement pourrait être le cauchemar le plus effrayant qu’il puisse faire ; aimant son existence malgré son handicap. Parce que, oui, contrairement à ce que l’on pourrait croire, son vœu le plus cher n’est pas de se défaire du néant perpétuel dans lequel il erre visuellement ; Damian s’en contente et l’apprécierait presque, à certains moments, lorsqu’il y pense, oubliant bien assez souvent que la vie n’est pas ainsi pour le reste du monde.
       
   
Point faible et point fort du personnage

   
Il n’est pas réellement de point fort ou de point faible. Il y a seulement les qualités et les défauts, les capacités ou les faiblesses. Damian, comme n’importe quel autre être humain possède les deux, néanmoins doué pour déduire les choses, les appréhender, savoir vers quel chemin tel ou tel choix fait sur l’instant pourra mener. C’est ce, dans un premier temps, sur quoi il est incollable, un petit plus dans sa profession parce qu’il est sûr de lui, parce qu’il ne revient pas sur ses dires sachant pertinemment qu’il dit vrai, qu’il ne se trompe pas. De plus, surdoué depuis son plus jeune âge à défaut de ne pas voir, le jeune homme parvient à retenir bon nombre d’informations ; tout cela lui offrant toutes les cartes nécessaires afin d’excéder dans son domaine professionnel, que ce soit dans une salle de conférence tout comme au sein même d’une enquête sur laquelle on aurait pu l’appeler. Et il pourrait inlassablement se vanter du prestige qu’il a su donner à son nom, ce dernier déjà bien assez renommé de par la fortune que possédait sa famille avant que tout ne lui revienne de droit, l’héritage de parents à leur fils unique. Mais ça ne l’aura mené que vers la route de l’arrogance et de l’orgueil, Prince de luxure qui n’aspire qu’à une perfection des plus complètes. Il lui existe tout de même quelques faiblesses pour contrer tout cela, fissurer l’impression de supériorité qu’il peut avoir sur tout et tout le monde en usant de ce qui pourrait lui faire défaut. Il est d’un calme à toute épreuve, minutieux dans ses faits, doté d’un vide intérieur lui permettant de faire abstraction d’émotions qu’il évite de mêler à sa vie professionnelle, mais il lui arrive de les voir resurgir depuis la mort de ses parents ; fait qui l’empêche d’être aussi performant que d’ordinaire. C’est une situation qu’il esquive au mieux, qu’il tente très souvent de laisser derrière lui, luttant pour ne pas s’accrocher à nouveau à quiconque entrant dans sa vie, déjà bien assez blessé des pertes précédemment vécues. Aussi, c’est là ce qui peut facilement l’atteindre, le toucher assez profondément pour parvenir jusqu’à son cœur mais c’est aussi ce qui montre le moins, une espèce de secret bien gardé, enfoui en son for intérieur afin que personne ne puisse user de cela. Et puis, un homme sachant reconnaitre un mensonge de la réalité n’est pas si aisément atteignable.
     
   
La plus grande honte du personnage

   
Si, souvent, Damian apprécie sa condition, cette tranquillité que lui apporte son célibat ainsi que son handicap, c’est sans compter toutes ces autres heures au cours desquelles une certaine solitude parvient à le ronger ; et plus qu’il ne pourrait l’admettre s’il en prenait le risque. Il ne le dira pas, probablement jamais, mais le trentenaire est un homme seul, que le silence aime rendre fou à lier lorsqu'aucune âme ne hante son appartement en plus de la sienne. C’est une honte qu’il garde pour lui, un fait qu’il se garde bien de révéler ; même aux personnes les plus proches de lui. Parce qu’il ne se plaint pas, se vante seulement. Damian fait partie de ceux qui ont ce qu’ils veulent, tout ce qu’ils désirent sans trop avoir d’efforts à faire et ça lui offre une image que peu apprécient. Un mal pour un bien, être seul le mène vers un dérivé d’une potentielle folie parce qu’il n’arrive pas à vivre avec cela mais ça l’empêche d’avoir à trop dépendre d’une personne ou d’une autre ; paradoxe ingérable contre lequel il se bat depuis désormais plusieurs années. Néanmoins, ça ne l’a jamais trop perturbé, le jeune homme s’arrange toujours pour ne pas avoir à trop s’y attarder, désireux de laisser ce sentiment, ce fait derrière lui, entre les murs de sa demeure.
   

 
Casier judiciaire

   
Il n’a aucun crime à son actif, aucun délit ; aussi mineure soit-il. Damian s’est toujours vu suivre un modèle de vertu et de droiture imposé par son paternel avant qu’il ne décède. Néanmoins, même après cela, le trentenaire continue de suivre cet exemple, prônant la justice, la loi dans tout ce qu’il entreprend, tout ce qu’il décide d’accomplir. Il a été exposé à une éducation des plus rudes, des plus accomplies et c’est d’année en année qu’il s’est vu en user afin de toujours pouvoir être ce petit garçon sans problème, ne se risquant pas à faire le moindre écart quant à ce qu’il se doit de faire. Aussi, Damian n’a pas une seule fois franchi les limites qu’impose la société, n’a jamais transgressé les règles ; ainsi, la liste de ses pêchés demeure aussi vierge que Marie. Qualité qu’il ne possède plus, mais ça ne concerne que sa religion et non le code pénal.
   

   

Dis-nous tout !


   

   
Vous B.Thoughts
   Où avez-vous connu le forum ? Partenaires.
   Connexion /7 5/7
    Code du règlement
Spoiler:
 
    Exemple de RP
Spoiler:
 
   Célébrité sur l'avatar
   
Code:
 Charlie Cox ▬[i] Damian Blake[/i]
   Multicompte(s) Aucun.
   Un dernier truc à dire ?  :étoile:
   


Dernière édition par Damian Blake le Ven 8 Mai - 16:17, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 0:31

Chouette métier, les verts n'ont qu'à bien se tenir ! :ex:

Bienvenue sur le forum et bonne continuation pour ta fiche ! super pom
En cas de besoin, n'hésite pas à t'adresser à un membre du staff :eyes:
J'ai validé ton code règlement :5:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 0:33

Un professeur :prof:  *.*  Tu vas avoir de quoi étudier dans le coin mdr ! New York est rempli de criminels! xD
Bienvenue ici en tout cas! fleurs

EDIT : Doubléééée par Kayla!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 0:35

Merci pour cette validation de règlement rapide.
J'y travaille, j'y travaille, elle sera probablement terminée dans la nuit. What a Face

En tout cas, merci vous deux pour vos messages.
Et oui, Harleen, j'ai cru comprendre qu'il fallait que quelqu'un vienne vous en débarrasser. cool
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 0:57

Oublie pas de te reposer aussi, on veut des membres en santé leche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 1:23

Bieeennnveenuuuue Lovelove Lovelove Lovelove Lovelove
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 1:29

Merci bien ! I love you
Après avoir parcouru rapidement ton histoire, je pense que l'on pourra se trouver quelque chose. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5590
POINTS : 3068
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 7:28

Un prof de crimino aveugle, damned toi tu m'intéresses ! Il nous faudra un lien Very Happy

En attendant, bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche !



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482 En ligne


avatar


MESSAGES : 2281
POINTS : 760
AVATAR : Robert Downey Jr
CRÉDIT(S) : <Chouu'>
TAG LINE : On n'est jamais mieux servi que par soit même
PROFESSION : Avocat


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 10:55

Bienvenue ! Very Happy


♦️ ♦️ ♦️ ♦️ ♦️

« Un enfant n'a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8233-termine-august-sacha-lockhart http://www.ny-thedarkside.com/t8234-august-sacha-lockhart-il-y-a-dans-relation-l-idee-que-tout-est-relatif#714981 http://clo-usb.tumblr.com/
В тихом омуте черти водятся


avatar


MESSAGES : 1115
POINTS : 946
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDIT(S) : Fatal†Error (ava) / Tumblr (sign)
TAG LINE : "C'est l'histoire d'un hamster, et à la fin...il meurt."
PROFESSION : Gérant du Fight Club


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 11:41

J'étais en train de me demander où j'avais vu cet acteur, jusqu'à me rendre compte que je le vois à toutes les pubs Netflix pour la promo de Daredevil Very Happy

Bienvenue dans le coin et ne fais pas trop le ménage dans les verts non plus, parce qu'en vérité, si nous n'étions pas là, vous vous ennuieriez sévère Smile


TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8202-terminee-igor-d-zolnerowyk http://www.ny-thedarkside.com/t8208-igor-demyan-zolnerowyk-twisted-mind-in-frozen-wolrd


avatar


MESSAGES : 463
POINTS : 228
AVATAR : Odette Annable
CRÉDIT(S) : @me
TAG LINE : "Should I apologize or leave? …Imma leave"
PROFESSION : Agent de la DEA


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 28 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 13:01

Charlie Cox (héhé) , un exemple RP intéressant et un personnage visiblement intriguant!! BREF il nous faudra un lien Razz Bienvenue parmis nous !


There's an old saying that which doesn't kill you makes you stronger, I don't believe that. I think the things that try to kill you make you angry and sad. Strengh comes from the good things, your family, your friends, the satisfaction of hard work. Those are the things that will keep you whole, those are the things to hold onto when you're broken.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8398-xiomara-make-it-rain-down-low http://www.ny-thedarkside.com/t8403-xiomara-i-alvarez-on-wednesday-we-wear-pink http://www.ny-thedarkside.com/t8408-xiomara-i-alvarez-chronologie-rp
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Mer 6 Mai - 13:26

Ahah, merci vous tous pour vos messages. Smile
Igor, j'essaierais de pas trop tous vous mettre derrière les barreaux. What a Face
Xiomara, ce sera avec plaisir pour un lien. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Ven 8 Mai - 0:45

Bienvenue par ici !
Bon courage pour ta fichette Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Ven 8 Mai - 13:17

Merci bien, What a Face

Au passage, j'ai terminée ma fiche, j'espère qu'elle conviendra à la personne chargée de me lire.
Bonne lecture ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Ven 8 Mai - 15:51

Super \o/

Dans un premier temps, je vais commencer par le plus facile. Il faudrait que tu remplisse ton casier judiciaire, s'il te plait. Même s'il est vierge, il convient de le mettre dedans de façon à ce que l'on ne pense pas qu'il n'a pas été rempli.

Ensuite, j'en viens à la fiche. L'écriture est agréable, fluide et j'ai apprécié me plonger dans la lecture. Après, quelques points me perturbent.

Déjà, concernant les accidents de sa vie, est-ce que Damian est né aveugle ? "Son plus jeune âge" me laisserait penser qu'il l'est devenu et ça pourrait être utile de savoir comment.

Ensuite, pour les sons que perçoit Damian, entendre les coeurs battre, je trouve ça un peu gros tout même. :/ Je veux bien que la perte d'un sens pousse à compenser avec les autres, mais je pense qu'il est important de rester réaliste. Surtout au milieu de bruit, derrière une paroi aussi fine soit elle. Idem avec la femme au téléphone. Mieux percevoir les respirations pourquoi pas, mieux entendre des pleurs ou sanglots, oui aussi. Il a déjà pas mal d'atouts dans sa manche avec un esprit brillant, la connaissance de nombreuses langues, de l'argent, de l'influence, laissons une chance aux Hors la loi de pouvoir garder leur cœur pour eux. Wink

Encore une fois, joli fiche et personnage. C'est réellement agréable lorsqu'un personnage de ce genre arrive. Je sens que tu vas te faire sauter dessus, une fois ta fiche de liens ouverte =P!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Ven 8 Mai - 16:12

Merci d'avoir tout lu, en tout cas. Et, surtout, merci pour tes compliments, I love you

Enfin,
- J'ai rempli le casier, comme demandé. C'était un oublie de ma part, je suis désolé.
- J'ai rajouté, à la fin de sa présentation dans la "carte d’identité", qu'il était né aveugle. Il n'y a pas d'accident concernant cela, c'est ainsi. Parfois, certains ont moins de chance que d'autres.
- Ensuite, j'ai changé tous les passages concernant les battements de cœur, qui, tout de même, auraient pu être réalistes. Je pense que, le problème, c'est qu'à la manière dont j'écris cela, tu as dû penser qu'il les entendait, genre, en stéréo ; ce qui n'est pas le cas. C'était un petit plus qui aurait pu être exploité mais, soit, je n'ai pas envie de passer trop de temps sur une fiche alors, j'ai remplacé par les respirations, comme ce que tu m'as proposé. Wink

Voilà, les modifications ont déjà été apportées. :big:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   Ven 8 Mai - 16:55

Bravo !

Tu es une future victime de la Fatalité

Tout semble bon! Encore une fois, bienvenue parmi nous. En espérant, que le côté obscure de TDS ne perde pas ce brave Damian, te voilà officiellement membre de l'autorité.

En tant que nouvelle victime potentielle, tu peux maintenant faire ta fiche de liens, de sujets, recenser ton métier, comprendre le système de points, voter pour le forum, lire les frappes pour te mettre dans le bain, et te rendre sur cette page où d'autres liens pourront t'être utiles.

Bon jeu parmi nous et n'oublie pas : Personne n'est maître de son destin !

Fatalité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: TERMINÉE ● Damian Blake   

Revenir en haut Aller en bas
 

TERMINÉE ● Damian Blake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La séduction est la clé de l'amour. ♔ ft. Blake (terminé)
» Damian M. Cantrell ~ "Et j'aime pas les chats !" [terminé !]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» A deux doigts de la mort. [Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York - The Dark Side :: Archives présentations-