Partagez | 
 

 Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


MESSAGES : 84
POINTS : 45
AVATAR : Diane Krüger
CRÉDIT(S) : Moa
TAG LINE : “ Bow down, bitches “
PROFESSION : Tueuse à gage / Marchande d'art


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Sam 30 Mai - 22:30

Carte d'identité

 

 

(c) broccoli pie

Beatrix Katrin Rosenthal ; 32 ans ; Née le 13 juin 1984 à Berlin, nationalité Allemande.
Signe zodiacal : Gémeaux. Fin du printemps, premier signe d’air.
Fille ainée d’Hilda Brumild Meister – Rosenthal et Ludwig Klaas Rosenthal
Tueuse à gage pour la mafia rouge, offre ses services au plus offrant sous le nom du « Corbeau » ; Marchande d’art comme couverture.
Authentique célibataire qui compte le rester, aucune attache familiale présente sur le sol américain.

Ses employeurs l’appellent « Le Corbeau ». Jusqu’ici personne n’est en mesure de savoir qu’il s’agit d’une femme, passe par des intermédiaires. La nationalité, l’apparence, l’âge, le sexe et la voix du corbeau sont donc inconnus du reste du monde, y compris des services de police. Une seule personne connaît son identité ; Dimitri Borodine, Hors-la-loi.
 


Il était une fois...


Une chanson pour commencer cette présentation


    Head like a hole.
    Black as your soul.
    I'd rather die than give you control.

    Bow down before the one you serve.
    You're going to get what you deserve.


NIN — Head like a hole 

Histoire

La pression présente sur les épaules de Beatrix pèse plus lourd que l’arme qu’elle tient entre les mains. Pas un seul moment elle ne va défaillir, elle se l’est promis. Pourtant sa respiration est saccadée, ses doigts tremblent un peu lorsqu’elle charge l’arme dans la nuit, pratiquement les yeux fermés. Elle a confiance en elle, en son travail et ses capacités. Mais les conséquences d’un possible échec lui tournent autour et la blonde pourrait presque se sentir étouffée. Son sang-froid parvient à tempérer les battements de son cœur.
L’arme installée, Beatrix jette un regard rapide à sa montre. Un bref calcul lui apprend qu’il lui reste exactement trois minutes avant que sa cible n’arrive et sorte de sa voiture. La blonde vérifie l’axe dans lequel elle s’est installée. Il n’y a pas un brin de vent, pas un bruit à part le léger bourdonnement du trafic de fin de soirée. Elle attrape un élastique, coince ses cheveux dans un chignon maladroit mais solide puis passe ses doigts sur les muscles tendus de sa nuque. Rester concentrée, rester droite et bien respirer. Il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, les conditions sont optimales. Rien ne barre sa route, sa vision est dégagée. Le seul obstacle à sa réussite, c’est elle-même. Beatrix pense à Dimitri, se rappelle les menaces faites par la Mafia Rouge et se fustige intérieurement. Elle ferme les yeux une demi-seconde, se remémore le pactole qui l’attend à la fin de ce contrat, sourit vaguement.

Beatrix n’en est pas à son premier coup d’essai, mais son métier prend une autre tournure avec ce nouveau partenariat. Prudente, l’allemande s’est préparée de quoi fuir si elle venait à échouer : ce dont elle doute. Ce premier contrat avec la mafia russe est très simple, elle n’a même pas à cacher le corps, ni même éliminer sa cible dans l’intimité, au contraire. Les russes veulent passer un message clair à leurs opposants.

Plus que deux minutes.

———

Deux enfants courent sur les pavés de la banlieue berlinoise, sous l’œil plus ou moins avisé d’une grande tige plate et blonde, postée maladroitement sur un banc de pierre, une cigarette entre ses doigts fins. Beatrix a quinze ans. Ses cheveux tombent sur son dos avec négligence : longs, fins, droits. Sa peau est claire, le tout faisant ressortir ses yeux bleus perles. C’est encore son seul atout : pas très jolie, peu populaire, peu loquace. Les fringues délavées qu’elle porte ne sont pas à sa taille, des vieilles reliques de sa mère : un jean patte d’éléphant trop grand et un t-shirt blanc trop court.
Cependant, ça n’est pas son impopularité qui la dérange le plus. Seuls les regards dédaigneux posés sur sa pauvreté la dérange vraiment.

« T’en as pas marre de t’coltiner les gosses ?
— Ça va, ils sont mignons. »

La brindille brune qui lui sert d’amie mastique un chewing-gum bruyamment. Ça exaspère Bea mais elle n’en dit rien, elle en a assez de lui répéter que c’est dérangeant. Elle tend sa cigarette à Cecilia, puisque c’est son nom, qui la refile à Bastian, le troisième de la petite bande. Elle ne traine qu’avec eux, ils ne sont pas trop demandeurs et elle les apprécie. Eux ne la jugent pas. Et puis, Bastian lui permet de ramener de l’argent chez elle. Personne ne peut soupçonner une petite gamine de quinze ans aux cheveux dorés.

Derrière eux, la mère de Beatrix, Hilda, est encore en train de nettoyer les linges de la maison. Son ventre est rond comme un ballon, comme si trois gosses ne suffisaient pas déjà, et l’empêche de continuer à travailler à l’usine, avec son père. Hilda aime ses enfants, bien sur, mais continuer de pondre n’est pas une idée très judicieuse dans leur situation. C’est ce que Beatrix se dit.

« Famille Rosenthal, s’il vous plait ? »

Lorsque Beatrix entend son nom de famille, elle se détourne de sa mère et pose son regard sur deux femmes et un homme, en costume, accompagnés d’agents de police berlinois. Ses sourcils se froncent, d’un geste de hanche elle se retrouve au sol, s’essuie les mains poussiéreuses d’un geste et appelle son frère et sa sœur.

« Leni ! Max ! Venez ici. »

Les jumeaux accourent immédiatement auprès de leur grande sœur. Ils n’ont que 7 ans. Beatrix n’aime pas l’air que leur accordent les deux femmes en costume. Sa cigarette glisse de ses lèvres, elle passe un bras sous l’autre, plié, et attend alors qu’ils se dirigent vers leur appartement, au rez-de-chaussée. Les agents de police restent à l’extérieur de la maison, Hilda fait rentrer les trois autres costumés. Il ne suffit que quelques secondes à Beatrix pour entendre sa mère commencer à crier. La fenêtre n’est pas fermée. Par réflexe, ses frères et sœurs se rapprochent d’elle. Elle adresse un regard à Cécilia et Bastian, mais n’ose pas bouger. Quelque chose à l’intérieur d’elle lui dit que les prochains évènements seront marqués au fer rouge dans sa conscience.

Lorsque sa mère sort en trombe de l’appartement pour se diriger droit vers eux, Beatrix se dit d’abord que c’est de sa faute. Qu’elle va se faire engueuler, les flics ont découvert ses petits agissements, elle va mettre en péril Bastian et ses relations parce qu’elle n’a que quinze ans, et qu’elle n’est pas assez prudente.
Mais alors que sa mère s’approche d’eux et qu’elle s’apprête à se faire engueuler, tout l’inverse se produit. Hilda, d’habitude si confiante, le regard à la fois dur et tendre, s’écroule sur les genoux et embrasse ses deux plus jeunes enfants avec la ferveur d’un adieu. Beatrix croise le regard de sa mère, et ne comprend pas pourquoi celui-ci est baigné de larmes. Elle refuse quelque chose, son corps tremblant ne va pas supporter le choc alors Beatrix s’abaisse, après avoir jeté au hasard sa cigarette et aide sa mère à se relever. Celle-ci la gratifie d’une étreinte lourde de signification, poids que Beatrix ne comprendra pas avant que les agents ne commencent à intervenir.

« Prends soin d’eux Beatrix, garde-les avec toi. On va vous récupérer… C’est promis, c’est promis ! »

Les murmures sanglotants de sa mère lui arrachent le cœur. Son système se met seulement en alerte lorsque des bras finissent par repousser la mère. Ils prennent d’abord les deux petits. C’est comme ça qu’ils font, elle le sait, elle l’a déjà vu. C’est uniquement à ce moment là que Beatrix comprend qu’elle ne reverra plus ses parents. Même si sa mère s’acharne, même si celle-ci prend enfin pleinement conscience que ses aurevoirs sont en fait des adieux.


———

Une première voiture s’approche de l’entrée de l’hôtel. Beatrix a repris confiance, son cœur s’est allégé, ses gestes sont assurés maintenant. Il lui reste une minute trente pour se confronter à la ponctualité de sa cible. Sa respiration est calme, son œil posté dans la lunette de son arme. Elle balaie d’un geste le secteur et repère les trois hommes de gardes déjà postés sur le trottoir. Elle est invisible, vêtue de noir, elle a enfilé un bonnet de la même couleur avant qu’ils n’arrivent et maintenant, tapie en haut d’un immeuble à une rue de l’hôtel, elle attend, tranquillement. Elle s’efforce de maintenir son stress sous clef mais se laisse parcourir de douloureux frissons d’adrénaline. Plus le temps s’écoule, plus Beatrix se sent osciller entre calme et excitation. Si sa respiration se tempère, s’amenuise, elle a l’impression que son sang va finir par faire exploser ses veines. Mais elle ne se laisse pas défaire, sa concentration est optimale dès lors que son aiguille passe la barre des une minute. Un chape de plomb s’abat sur ses épaules, son sourire s’efface, elle détend ses doigts en jouant avec quelques secondes puis dépose un index sur la gâchette, la main sur le canon de son arme.

———

17 ans

« Les flics arrivent ! Tirez-vous ! »

L’effet est immédiat : tous les ados présents dans le squat se redressent avec vivacité, quand ils le peuvent et qu’ils ne sont pas trop défoncés, attrapent leur veste et se tirent sans demander leur reste. Par les fenêtres, par les trous dans le mur. Chacun remercie silencieusement celui qui les a prévenu.
Beatrix a dix-sept ans et fait partie de ces jeunes perdues, désoeuvrés. En deux ans, elle a bien changé. Comme si la douleur d’être détachée de ses parents et confiée, avec son frère et sa sœur à deux étrangers, avait été le déclencheur d’une transformation. Sa poitrine et ses hanches se sont développées, ses épaules auparavant frêle ont pris de la stature, elle a encore grandit. Beatrix a coupé ses cheveux, désormais aux épaules. La blonde est plus athlétique, plus jolie et elle ne manque pas de remarquer les regards de garçons qui, auparavant, n’aurait pas levé la tête à son passage. Son visage ne correspond pourtant pas aux clichés standards de l’époque, mais quelque chose de cassé à l’intérieur d’elle a fait surgir une confiance à toute épreuve. Une apparente carapace s’est formée autour d’elle. Elle ne peut plus se permettre d’être la petite fille banale et sans histoire.

Elle n’aime pas sa famille d’accueil. Leni et Max, si. Mais c’est différent. Ils sont petits, perturbés, leurs origines leur manque. Pas à Beatrix. Ils font l’effort, pourtant, et Bea n’a jusque là jamais au autant de chose à table. Elle a une chambre, pour elle toute seule. Mais une voix à l’intérieur d’elle ne se décide pas à plier et à courber le dos. Alors la jeune femme fait ce qu’il faut à l’école mais ses fréquentations se dégradent, et elle traîne avec des petits délinquants. La nuit, elle fait le mur, dégrade, vandalise, boit et fume. Elle s’amuse comme elle peut avec son amie, River, elle rêve de grands palaces, de belles robes, de beaux bijoux. Beatrix vole, se retrouve en garde à vue, cataloguée dans les enfants à problèmes, ceux qu’on a arrachés à la pauvreté. Elle ne consomme pas de drogue, mais ne se refuse pas à faire la mule pour les amis de ses amis.

Ça lui ramène de l’argent et Beatrix a encore l’inconscience de penser que ça ne lui retombera jamais dessus.


———


19 ans

Les années passants, Beatrix passe son diplôme avec brio, entame une faculté d’histoire de l’art mais garde ses fréquentations. Elle mouille dans des trucs pas clairs mais tant que ça lui rapporte de l’argent, Beatrix est prête à ne pas trop regarder de près. Elle a dix-neuf ans lorsque son destin prend une autre tournure.

« Tiens, prends ça. »

Gabriel, un pote plus ou moins proche, lui tend une arme. Elle se recule d’abord, dans un premier temps, et pose son regard dans celui de son vis-à-vis. Elle refuse, ça n’est pas son genre, elle ne veut pas aller jusque là.

« Mais ça va pas, Gab, j’veux pas de ça.
— y’en aura pas besoin, Bea, c’est juste pour être prudents… Allez…
— Non mais non !
— Mais si tiens. »

Gabriel lui fourre l’arme entre les mains, son cœur bat à tout rompre. C’est la première fois qu’elle en tient une, une vraie, pas celle en plastique de son frère. Elle ne sait même pas comment ça s’utilise, et elle lui fait remarquer. Ils leur restent une demi-heure avant qu’ils doivent emmener la came à leur client, alors Gabriel lui dicte les premiers gestes à faire. Elle obtempère malgré elle. Si elle meurt, Leni et Max seront seuls. Et tout ce qu’elle a fait jusque là ne lui aura servi à rien, l’argent qu’elle met de côté sera perdu et merde ! Elle ne veut pas crever avant d’avoir vécu la belle vie.

Sur le chemin, Bea est silencieuse. Elle n’aime pas ce que son instinct lui dicte mais elle fait abstraction. C’est le boulot, c’est tout. Un joli paquet l’attend à la fin, et c’est ce sur quoi elle se concentre pour ne pas céder à la panique. Jamais elle ne s’était frottée à si gros auparavant. Mais il ne faut pas penser à ça, l’employeur de son pote les attend pour 23h, après la livraison. Elle récupère son fric et se casse, c’est ce qui est convenu. Peut-être qu’elle irait en boite, histoire de décompresser. Ça lui semble une bonne idée alors, lorsqu’ils arrivent tout deux, Beatrix est davantage décompressée.

« Vous avez la totalité de c’que j’vous ai demandé ?
— Oui, tout est là. La prochaine livraison sera faite la semaine prochaine, même heure, même endroit. »

Beatrix laisse son pote parler. Elle n’est au courant que du strict nécessaire, le laisse gérer, elle est là pour s’assurer qu’il n’y a pas d’entourloupe.

« Comment ça, la prochaine livraison ? J’ai rien demandé.
— C’était le contrat. Tu peux pas te retirer maintenant.
— j’m’en fous, je le fais quand même. »

Les esprits s’échauffent, et Beatrix qui jusque là regardait par la fenêtre de l’entrepôt désaffecté se reconcentre sur la discussion. Dans un premier temps elle essaie de calmer le jeu mais sa présence n’est plus remarquée au bout de quelques secondes à peine. La scène se déroule trop vite devant ses yeux, si bien qu’elle ne comprend son geste uniquement de longues secondes plus tard.

Un premier coup de feu a percé ses tympans, et son pote Gabriel s’est écroulé sans tenue sur le sol, les yeux ouverts. Le dealer a braqué son arme vers elle, son réflexe a été plus rapide que le sien et la blonde a tiré, elle aussi, atteignant l’homme à la poitrine. La force du choc a fait tomber l’homme, le recul la bouscule de quelques pas.

Les râles d’agonie de l’homme à terre n’arrivent pas à prendre le dessus sur les battements de son cœur. Elle n’entend rien que le sang affluer à ses tempes. Son corps tout entier tremble et ses yeux décrivent la situation. La panique prend possession d’elle toute entière, et l’arme lui échappe des mains. Beatrix perd ses moyens, et lorsqu’elle comprend enfin ce qu’il vient de se passer, elle manque de s’évanouir. Une alarme stridente lui cisaille le cerveau, elle doit se rattraper à quelque chose et pose sa main sur le rebord de la fenêtre cassée. Un bout de verre s’enfonce allègrement dans sa paume de main alors qu’un cri s’échappe de ses lèvres et le sang ne tarde pas à s’écouler sur son avant-bras.

Ses yeux se posent sur l’entaille. Elle ne peut pas rester là. Si elle ne veut pas que son sang s’écoule plus que ça, il faut qu’elle agisse. La blessure, là, dans sa main, l’impacte, plus haut dans son crâne. Tremblante, la blonde attrape son arme, la came, le fric, et se tire sans demander son reste.

Tout le long du chemin de retour, dans la voiture, la brune se demande ce qu’elle doit faire. Les employeurs les attendent tous les deux, il ne reste plus qu’elle et la came. Et l’argent, bien évidemment. Des milliers d’hypothèses se faufilent dans son crâne, mais l’idée qu’elle ne peut pas disparaître comme ça lui martèle le cerveau. Non, ils la retrouveront, elle mourra. Et son frère et sa sœur ne peuvent pas rester sans elle, pas après la perte de leurs parents. Sa décision est prise. Beatrix se rend aux devant des employeurs, sans penser une seule seconde qu’elle pourrait y laisser sa peau. Les dernières minutes de son trajet la calme.

« Ils sont morts. Tous les deux. »

Une main agrippée à son autre bras tendu, portant un sac à dos noir, la blonde ne tremble plus.

« Le deal était en train de se faire, mais le mec a tiré en premier sur Gabriel. Il a pointé son arme sur moi, j’ai fais que répliquer.
— Et la came ? »

Ils vont être furieux. Elle va mourir, elle est trop bête. Là, sous la lampe jaune des néons, elle se dit qu’elle est trop bête.

« Dans le sac. J’ai récupéré l’argent aussi. »

Elle dépose le sac sur la table. Elle commence à avoir froid. Ils la regardent. Ils se jaugent, lui demande de sortir une minute, elle s’exécute. L’image des yeux ouverts de Gabriel lui hante l’esprit. Elle ne le connaissait pas beaucoup, il ne lui manquera pas vraiment, mais l’idée reste ancrée sur sa rétine.

« Katrin, viens. »

La blonde obtempère et rentre à nouveau dans le bureau. Ça n’a duré que cinq minutes, des heures pour elle.

« Prends ta part. Et prends celle de Gabriel, supplément pour le dealer. On va gérer ça. Reviens nous voir si tu veux du boulot. »


———


26 ans

Si Beatrix avait su qu’il était si facile de gagner de l’argent, elle n’aurait pas hésité plus longtemps. L’incident de ses 19 ans qui lui était apparu tout d’abord comme une tragédie s’est mué en révélation. Presque une vocation. Et doucement, docilement, Beatrix s’était glissée dans une seconde identité.
Lorsqu’elle s’est réessayée à l’exercice, quelques mois plus tard, sous l’ordre des mêmes employeurs, Beatrix comprit que ce qui lui avait été si terrible à observer était en fait une manipulation beaucoup plus simple et agréable lorsqu’on en était l’acteur majoritaire. Une petite cible, un homme, un autre dealer qui voulait du tort. Beatrix avait décroché le boulot presque sans demander. Il fallait qu’elle sache, qu’elle comprenne. L’exécuter avait été simple. Rapide. Presque trop rapide. Cette deuxième fois ne lui avait fait ni chaud, ni froid. Si sa main avait tremblé sur la gâchette, elle n’en aura pas parlé. Lorsqu’elle revint vers ses employeurs, le pactole récolté avait suffit à la décider. Il lui suffisait de s’exercer désormais.

Beatrix mit toute énergie à s’entrainer, athlétique de nature, elle se mit à travailler pas seulement son corps mais à emmagasiner tout un tas de connaissance. Etudiante pour la plupart, pour certains elle se mit à porter le pseudonyme du Corbeau et s’améliorant toujours plus, ivre des plaisirs qu’apportent l’argent, le Corbeau fit rapidement sa renommée et elle vit avec plaisir sa réputation croitre. Usages de faux, piratage informatique, l’allemande se mit à voyager pour remplir ses missions, sous couvert de son marché d’art ou de fausses identités. Bientôt elle trouva son arme de prédilection, l’aiguille, et continua tranquillement à tailler dans le marbre, sa réputation. Le Corbeau prenait son envol, tuait, et repartait aussi vite que le poison dans le sang.

Beatrix rencontra Dimitri dans une galerie d’art. Ce qui partait d’une simple discussion autour d’un tableau aboutit à un marché, un contrat. C’est lui qui l’a poussée dans la Mafia. Suffisamment consciente de son talent pour s’y laisser aller. Leur accord basé sur la confiance resta tacite. Il fut le seul à qui elle confia son identité et passa son premier contrat avec succès.


———

Une première voiture débarque par la dans le périmètre gauche de Beatrix. Il ne lui reste que trente secondes avant que sa cible ne débarque. Elle inspire, expire, la bouche en « o » pour faire circuler l’air dans ses poumons et emmagasiner le maximum. Elle ne peut pas se rater car les russes, eux, ne la rateront pas. Dimitri est lui aussi sur la sellette en lui faisant confiance. Si elle chute, lui aussi, l’inverse étant égal. Bien sur, elle sera retrouvée en petits morceaux alors que lui ne risque surement que d’être rétrogradé dans la hiérarchie mafieuse, néanmoins, il sait qu’elle a prit ses précautions et que si elle disparaît, d’autres choses apparaitront.

La première voiture laisse sortir une femme et des enfants. Ceux de sa cible, l’imagine-t-elle. Et puis, elle s’arrête de le faire. Ses cibles ne restent que des têtes à abattre, elle ne s’autorise jamais à s’exprimer sur eux, et si elle le fait, elle conjecture objectivement. Son sang-froid et sa maitrise ne lui laissent pas le temps de réfléchir à l’éthique de l’empathie légendaire que l’on incombe à tout un chacun. Elle aime son boulot. Elle n’a pas besoin de savoir qui est sa cible, de toutes façons ça l’importe peu. Elle est passée maitresse dans l’art de séparer ses deux parties d’elle-même.

Deuxième voiture. Cinq secondes maintenant. Sa cible est particulièrement ponctuelle. Son chauffeur s’extrait de la voiture, Beatrix inspire une dernière fois tandis que celui-ci ouvre la porte. Un œil fermé, l’autre dans la lunette, elle vérifie la tête de sa cible. Caché derrière un chapeau, il a le malheur de lever la tête et un léger sourire s’étire sur ses lèvres. L’air ne passe plus dans ses poumons, elle ne cille pas, immobile, seule son bras s’ajuste.
Beatrix vise le crâne, sa balle traversera le chapeau puis la masse capillaire, et enfin l’épiderme et l’os pour se visser à l’intérieur et réduire cet homme à un rien. Son doigt glisse sur la gâchette, attend une seconde, puis la presse avec force, sure de son geste.

Le corps de l’homme tombe au sol dans un bruit lourd, et des cris s’élèvent de la rue, mais déjà Beatrix s’éloigne pour ranger son arme. Il est temps pour elle de rentrer.

ø

Une fois ce premier contrat achevé, Beatrix devint, sous le même pseudonyme du Corbeau, tueuse à gage pour la Mafia Rouge, ses contrats passant par Dimitri Borodine, second en charge et seul détenteur de son identité. Cela fait maintenant cinq ans qu’elle officie pour les russes et qu’elle mène, à côté, son marché d’art, tout ce qu’il y a de plus légal. A la fois consultante et critique d’art, Beatrix vit pleinement sa nouvelle situation, elle n’est désormais plus en manque d’argent et s’offre suites d’hôtels de luxe et autres plaisirs de la vie courante. Elle envoie de temps à autre de l’argent, anonymement, à ses parents. Son frère et sa sœur, toujours en Allemagne, sont les seuls à avoir encore contact avec elle. Elle oscille entre les USA, l’Europe, la Russie et l’Asie, en bref, elle parcourt le monde et ce, pour le compte de ses deux vies.

Beatrix est sûre d’elle, sure de son emprise et vit aujourd’hui tranquillement, à son rythme, profitant de ce qu’elle n’a eu plus jeune. Se laissant même avoir par le jeu de séduction qu’elle mène avec un homme dont elle ne connaît que le nom, rencontré par hasard dans une soirée mondaine…

 
BLABLABLA
 


...avec plus de détails


Définition de l'enfer et du paradis pour le personnage


Présentement, le paradis pour Beatrix, elle est en plein dedans. Ses contrats se déroulent tranquillement, elle prend plaisir à son travail et ça lui rapporte pas mal d’argent. Non, beaucoup d’argent. Elle s’entoure de jolis colliers et de belles suites d’hôtels, bien sur sans divulguer son nom. Elle voyage, beaucoup, entre ses doigts passent de magnifiques œuvres d’art et comme toujours, son flair est opérationnel. Le corbeau papillonne, c’est le cas de le dire, de soirée mondaine à bal masqué, sans jamais se départir de son petit sourire en coin. C’est cette vie baignée dans le luxe et le confort qu’elle a toujours cherché, leitmotiv initial. Elle pense, là-haut perchée sur sa tour d’ivoire, que rien ne pourra l’atteindre et c’est en ça qu’elle se sent au paradis.
Si sa conception du paradis est simple et matérialiste, la liste des pavés la menant à l’Enfer est plus fournie. Si elle tombait entre les mains de la Mafia rouge, pour qui elle travaille, elle n’est pas sure de pouvoir en ressortir en un seul morceau, et c’est le cas de le dire. Beatrix ne veut pas que l’on découvre son secret, son pseudonyme et sa vigilance lui procurant la sécurité. Être privée de sa liberté et de son confort, ce serait là son plus grand supplice. Finir dans une cellule, condamnée à perpétuité ou sous le couteau glacial des russes est une peur qu’elle garde sagement entre ses mains pour ne pas dérailler et perdre le contrôle. Si Beatrix est complètement indépendante et sans attache il se peut que voir disparaître Dimitri soit également une source de soucis pour elle.
     
Point faible et point fort du personnage

 
Le point fort de Beatrix est sans conteste sa facilité à se glisser dans l’habit noir pour disparaître et effectuer bravement ses missions. Sa force de caractère, son intransigeance et ruse font de cette tueuse à gage un élément intéressant. Furtive, tempérée, silencieuse, rapide… La jeune femme s’est forgée une carapace à toute épreuve et bien sur, les habiletés qui vont avec. Lorsqu’elle s’est découvert un attrait tout particulier pour de telles facultés, Beatrix s’est acharnée à les développer. Calculatrice, secrète, insaisissable… Tout un tas de qualificatifs qui font d’elle aujourd’hui un excellent élément dans son métier, tant et si bien qu’on la demande et la recommande. Beatrix est fière de son parcours, fière de sa force physique et de sa capacité à effectuer son travail avec précision. Si elle se laisse aller à des caprices matériels, Beatrix garde la tête froide car si elle se laissait aller à son orgueil, sa vantardise aurait surement vite fait de résoudre le mystère du Corbeau.

C’est dans le secret de son identité que réside son point fort, mais également l’un de ses points faibles les plus redoutables : Dimitri Borodine, le second de la mafia rouge, est celui qui l’a guidée vers ce trafic et c’est également le seul à connaître son identité, son visage, son vrai nom… Elle sait parfaitement qu’il tient sa vie entre ses mains mais en contrepartie elle n’a qu’à faire jouer son aiguille pour qu’il passe de l’autre côté, sans ignorer bien sur les conséquences d’un tel acte. Dépendre de quelqu’un de cette manière est quelque chose qui lui coute beaucoup, si elle devait mourir elle préfèrerait nettement que cela soit du à son orgueil, qui est un autre de ses points faibles. Parfois l’envie de revendiquer ses actions pour en prouver la perfection est telle qu’elle se laisserait à lâcher une petite trace de son passage… Mais sa raison et son instinct de survie font leur part du travail.

Enfin, bien que sa famille ne soit pas présente sur le territoire américain et qu’elle dissimule une certaine honte à son égard, il n’en reste pas moins que ses parents et surtout son frère et sa sœur, des jumeaux, sont une source d’inquiétude pour elle. Elle n’est pas à leurs côtés et même si elle a évolué sans eux il n’en reste pas moins sur que toucher à cette partie de son histoire est une manière efficace de réveiller sa colère malgré sa maitrise d’elle-même.
 
La plus grande honte du personnage


La plus grande honte de Béatrix réside dans ses origines. Si aujourd’hui elle vit confortablement, ça n’est certainement pas du à un héritage quelconque mais bien à son travail acharné — qu’il soit juste ou non. Elle a vécu dans la pauvreté, ses parents ont luttés et se sont battus pour lui apporter, à elle et à sa fratrie, le strict nécessaire pour vivre. Elle n’était pas populaire à l’école, pas particulièrement jolie, plutôt réservée. Elle aurait voulu étudier l’art puisque sensibilisée par la passion de sa mère, mais elle a rapidement du arrêter ses études pour aider ses parents. Sa mère, peintre vivant dans l’illusion d’un succès qui ne viendra jamais, travaillait également à l’usine avec son mari pour compenser la perte d’argent investi dans son art. Beatrix a connu le détachement familial lorsqu’il a fallu la placer dans une famille d’accueil, et ce traumatisme a suffit à faire naitre en elle la volonté de se battre et d’aspirer à un avenir mille fois plus doré que sa jeunesse. L’allemande voudrait oublier cette partie de sa vie, elle envoie déjà de l’argent anonymement à ses parents pour qu’ils vivent mieux mais ne veut pas repenser à ses années de galère.
Casier judiciaire


OFFICIEUX :

Meurtres avec préméditation
Torture et extorsion d'aveux
Fraude et Falsification
Dissimulation de preuves et de cadavres
Effraction
Vol
Vandalisme
Destruction et dégradation par l’effet d’une substance explosive
Complicité avec une bande organisée (mafia)

OFFICIEL :

Excès de vitesse
infraction au code de la route
Vandalisme (en Allemagne, durant sa jeunesse)


Dis-nous tout !



Vous C’est moiiiii !
Où avez-vous connu le forum ? J’suis déjà là What a Face
Connexion /7  J’suis là souvent, mais j’dirais 5/7
Avez-vous signé le règlement? J’vais l’faire ça va !
Exemple de RP
Spoiler:
 
Célébrité sur l'avatar
Code:
 Diane Kruger ▬[i] (Beatrix K. Rosenthal)[/i]
Multicompte(s) Yop, Alexeï bellachica Ivanov. Et accord de toute l’équipe j’crois. Harleen m’a confirmé.
Un dernier truc à dire ? J’ai un petit lot de noix d’cocos, dibiibidbibiidibi, qui se suivent comme des numéros.


Dernière édition par Beatrix K. Rosenthal le Mer 24 Juin - 17:31, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
В тихом омуте черти водятся


avatar


MESSAGES : 1115
POINTS : 946
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDIT(S) : Fatal†Error (ava) / Tumblr (sign)
TAG LINE : "C'est l'histoire d'un hamster, et à la fin...il meurt."
PROFESSION : Gérant du Fight Club


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Sam 30 Mai - 22:51

Rebienvenue Yago avec ce nouveau personnage. Ça promet! Amuse toi bien avec ta nouvelle demoiselle et bon courage pour ta fiche!

:hug:


TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8202-terminee-igor-d-zolnerowyk http://www.ny-thedarkside.com/t8208-igor-demyan-zolnerowyk-twisted-mind-in-frozen-wolrd
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Dim 31 Mai - 0:46

Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ?

Rebienvenue sur le forum et bonne continuation pour ta fiche !
Tu connais le reste de la chanson danse

Revenir en haut Aller en bas


avatar


MESSAGES : 2276
POINTS : 745
AVATAR : Robert Downey Jr
CRÉDIT(S) : <Chouu'>
TAG LINE : On n'est jamais mieux servi que par soit même
PROFESSION : Avocat


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Dim 31 Mai - 8:42

R'bienvenue ! Super choix d'avatar, joli prénom, hâte d'en lire plus Smile


♦ ♦ ♦ ♦ ♦
« Il n'est de bon avocat qui ne mente en plaidant. »
« La gloire d'un bon avocat consiste à gagner de mauvais procès. »
« Il y a des avocats dont, les choisir, équivaut à un aveu de culpabilité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8233-termine-august-sacha-lockhart http://www.ny-thedarkside.com/t8234-august-sacha-lockhart-il-y-a-dans-relation-l-idee-que-tout-est-relatif#714981 http://clo-usb.tumblr.com/
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5585
POINTS : 3053
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Dim 31 Mai - 9:44

La polygamie est autorisée? What a Face Parce que j'veux bien épouser aussi en secret ton illégale petite tueuse à gages *out* :drague2:

Re-bienvenue ici en tout cas petit Crow :viens:



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482


avatar


MESSAGES : 463
POINTS : 228
AVATAR : Odette Annable
CRÉDIT(S) : @me
TAG LINE : "Should I apologize or leave? …Imma leave"
PROFESSION : Agent de la DEA


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 28 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Dim 31 Mai - 10:35

Un corbeau hein! Moi je dirais que t'es plutôt un vautour bitch ! mdr I love you


There's an old saying that which doesn't kill you makes you stronger, I don't believe that. I think the things that try to kill you make you angry and sad. Strengh comes from the good things, your family, your friends, the satisfaction of hard work. Those are the things that will keep you whole, those are the things to hold onto when you're broken.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8398-xiomara-make-it-rain-down-low http://www.ny-thedarkside.com/t8403-xiomara-i-alvarez-on-wednesday-we-wear-pink http://www.ny-thedarkside.com/t8408-xiomara-i-alvarez-chronologie-rp


avatar


MESSAGES : 84
POINTS : 45
AVATAR : Diane Krüger
CRÉDIT(S) : Moa
TAG LINE : “ Bow down, bitches “
PROFESSION : Tueuse à gage / Marchande d'art


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Dim 31 Mai - 12:44

Igor > Merci biatch :big:

Kayla > Bonne question vas-y dis moi ? XD Merci Smile

Augustus lockheart > Merci mon doux ami :brille: Dès que j'ai trouvé je rajoute :dent: t'auras vite de quoi lire haha

Erikash > Merci ma douce et oui, la polygamie est acceptée I love you Marions-nous en secret mon amûûûûr ! Je te protègerais contre vents et marées ! :big:

Xio > Tsseuh biatch ! :fuck: J'te tuerais en première !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


MESSAGES : 391
POINTS : 297
AVATAR : Dakota Fanning.
CRÉDIT(S) : Carter
PROFESSION : Etudiante


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 18 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Dim 31 Mai - 13:07

Bienvenue Mlle le Corbeau :dent:

Bon courage pour ta fiche - même si t'es à côté de moi, j'le dis ici pour faire comme tout le monde Arrow - ! Hâte d'en lire plus :dent:



Sacha R. Highman.
5 AM turn the radio up. Where's the rock and roll ?
©Pink - raise your glass
♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Dim 31 Mai - 16:47

Re Bienvenue :ex: Diane est si sexy

Le corbeau de Poe ? Je viens de le citer sur un autre forum, ce serait drôle uhuhuh
Revenir en haut Aller en bas
Reine des Glaces
Gott weiss ich will kein Engel sein

avatar


MESSAGES : 14151
POINTS : 451
AVATAR : Eva Green
CRÉDIT(S) : Fatal†Error
TAG LINE : « Having a vagina doesn't stop me from believing that my balls are bigger than yours. »
PROFESSION : Propriétaire des agences d'escorte Malkovski / Maquerelle de Luxe - Propriétaire par héritage du Fight Club


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 35 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Dim 31 Mai - 19:57

Re-bienvenue par ici ! Bon courage avec ce nouveau perso, et bon choix d'avatar je trouve Wink




    She'll suck you dry... But still you'll cry, to be back in her bosom. To do it again. She'll make you weep... And moan and cry, to be back in her bosom. To do it again... Saviors and saints, devils and heathens alike... She'll eat you alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5603-terminee-anja-malkovski-you-re-gonna-wish-you-never-had-met-me#448670 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5612-anja-malkovski-as-cold-as-ice#449254 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t5611-anja-malkovski-better-not-stand-in-my-way#449243 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t6045-anja-malkovski-there-s-a-devil-laying-by-your-side#497519 http://ny-thedarkside.forumactif.org/t6037-agence-malkovski-pour
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Lun 1 Juin - 0:50

Je sais pas pourquoi Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ?, c'est dans Alice au Pays des Merveilles Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Lun 1 Juin - 10:21

Rebienvenue ! \o/

Tu connais déjà la musique =D! Amuses toi bien avec ce nouveau personnage!
Revenir en haut Aller en bas


avatar


MESSAGES : 84
POINTS : 45
AVATAR : Diane Krüger
CRÉDIT(S) : Moa
TAG LINE : “ Bow down, bitches “
PROFESSION : Tueuse à gage / Marchande d'art


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Lun 1 Juin - 10:33

Sacha > Merci d'être adorable, tu devrais essayer plus souvent :big: I love you

Niall > Yep, too sexy ** Je l'ai mis dans ma tagline ouais, c'est tout What a Face Et merci !

Anja > Merci et merci ! What a Face Dixit Mlle Green :dent: xD

Kayla > Va falloir que je recentre mes classiques moi What a Face xD

Harleen > Oui, merci ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5585
POINTS : 3053
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Jeu 18 Juin - 11:11

Yo p'tit lardon! Le délai pour ta fiche est fini, je vois qu'il te reste encore l'histoire à faire, est-ce que tu as besoin de plus de temps? Smile



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482


avatar


MESSAGES : 84
POINTS : 45
AVATAR : Diane Krüger
CRÉDIT(S) : Moa
TAG LINE : “ Bow down, bitches “
PROFESSION : Tueuse à gage / Marchande d'art


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Jeu 18 Juin - 11:13

Oui si c'est possible petit chat, désolée, je travaille dessus j'ai eu des contre-temps, j'essaie de finir ça au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5585
POINTS : 3053
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Jeu 18 Juin - 11:22

Ya pas de soucis, je comprends ♥ Jusqu'au jeudi suivant, ça ira pour toi?



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482


avatar


MESSAGES : 84
POINTS : 45
AVATAR : Diane Krüger
CRÉDIT(S) : Moa
TAG LINE : “ Bow down, bitches “
PROFESSION : Tueuse à gage / Marchande d'art


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Jeu 18 Juin - 11:41

C'est parfait. J'essaie de finir aujourd'hui si je le peux, sinon ça sera fait mardi. Promis. Merci I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5585
POINTS : 3053
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Jeu 18 Juin - 13:09

Oki, hâte de te lire :eyes:



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482


avatar


MESSAGES : 84
POINTS : 45
AVATAR : Diane Krüger
CRÉDIT(S) : Moa
TAG LINE : “ Bow down, bitches “
PROFESSION : Tueuse à gage / Marchande d'art


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Jeu 18 Juin - 15:14

Tu vas te saigner les yeux ma pauvre ! haha
Mais merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


MESSAGES : 84
POINTS : 45
AVATAR : Diane Krüger
CRÉDIT(S) : Moa
TAG LINE : “ Bow down, bitches “
PROFESSION : Tueuse à gage / Marchande d'art


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Mer 24 Juin - 17:18

Ayest, enfin ! Terminé ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Mer 24 Juin - 20:04

Je m'occupe de lire ta fiche

Bravo !

Tu es une future victime de la Fatalité

Allez, va tuer plein de gens :pape:

En tant que nouvelle victime potentielle, tu peux maintenant faire ta fiche de liens, de sujets, recenser ton métier, comprendre le système de points, voter pour le forum, lire les frappes pour te mettre dans le bain, et te rendre sur cette page où d'autres liens pourront t'être utiles.

Bon jeu parmi nous et n'oublie pas : Personne n'est maître de son destin !

Fatalité
Revenir en haut Aller en bas


avatar


MESSAGES : 84
POINTS : 45
AVATAR : Diane Krüger
CRÉDIT(S) : Moa
TAG LINE : “ Bow down, bitches “
PROFESSION : Tueuse à gage / Marchande d'art


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: CRIMINEL
MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   Mer 24 Juin - 21:07

Merci bien m'dame ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Beatrix Katrin Rosenthal ; “ Le Corbeau “ [Délai accordé - 24/06]
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]
» Nalim, Le Corbeau d'Umbar
» The Crow, Le corbeau et la mythologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York - The Dark Side :: ♠ AVANT-PROPOS ♠ :: Fiches de présentations & co. :: Validées-