Partagez | 
 

 You're gonna pay for this ! ▬ August

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5590
POINTS : 3068
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: You're gonna pay for this ! ▬ August   Sam 5 Nov - 22:35


Fin juin 2016, tôt le matin – Appartement d’Erika puis Commissariat du Queens

Elles étaient arrivées plus vite qu’elle ne le pensait. Penchée en arrière sur la chaise de sa cuisine, la tête renversée pour encourager son esprit à se concentrer sur le luminaire au-dessus plutôt que sur le reste, Erika luttait contre la nausée. C’était à peine si elle arrivait à regarder le contenu de son petit-déjeuner en face ce matin. Serrant les mâchoires pour ne pas aller vomir rien qu’à en évoquer l’idée dans sa tête, elle tâcha de se remémorer les détails du dossier qu’elle traitait en ce moment.
Grosse affaire. Ils partaient de trois prostituées retrouvées pendues chez elle – des suicides a priori donc – pour aboutir au fil de l’enquête à une exécution en règle de trois pauvres femmes ayant assisté à ils ne savaient trop quoi encore, impliquant probablement un riche homme d’affaires new yorkais, déjà suspecté d’homicide par le passé mais sans qu’il n’y ait jamais eu de preuve tangible face à l’accusation. Ils manquaient encore d’éléments, beaucoup de choses reposaient sur de simples intuitions, du flair de flic ; et dieu sait qu’il ne fallait pas toujours se fier sans vérifier à ce flair mais l’enquête progressait cela étant. La preuve que les deux premières victimes ne s’étaient pas suicidées ainsi que la fréquentation des trois filles par l’homme d’affaires étaient déjà sorties sur le bureau du Capitaine. Il avait laissé à l’équipe une rallonge pour poursuivre l’enquête sans ébruiter l’implication de l’homme d’affaires aux médias. Erika devait réinterroger les collègues des 3 filles aujourd’hui, chercher le lien entre elles, autre que leur profession (aucune n’exerçait dans le même coin de la Grosse Pomme et elles n’avaient a priori aucun client en commun).

Sentant les nausées refluer à mesure que son esprit s’en détachait pour réfléchir à la façon dont elle allait retrouver les collègues des trois victimes, Erika termina de se préparer et n’avala que la moitié de son café pour ne pas tenter le diable. Elle rejoignit le poste à moto et se gara juste à côté d’une déchetterie ambulante qu’elle connaissait bien. Les restants de nourriture dans la voiture de Cillian étaient cependant olfactivement à l’abri dans cette énorme boîte de conserve et elle se promit de lui faire débarrasser son bordel avant qu’ils ne grimpent dedans s’il ne voulait pas qu’elle lui repeigne les sièges d’une autre couleur.
Il n’était toujours pas au courant. Personne ne l’était hormis August, elle et Dexter et la jeune femme se satisfaisait toujours de la situation. Elle n’était pas sans savoir qu’elle ne pourrait bientôt plus dissimuler certaines rondeurs évidentes et qu’aller vomir toutes les 15 minutes aux toilettes n’était pas ce qu’il y a de moins suspect lorsqu’on est une femme en âge de procréer et en couple. Procréer … Bien un terme de médecin ça !

Arrivée à l’étage de la Criminelle, Erika se dirigea droit vers son bureau, saluant tout de même d’un signe de tête certains collègues au passage. La main à peine posée sur la poignée, elle entendit son nom retentir dans le poste.

Stojanović, dans mon bureau je vous prie. »

Dos à lui, faisant encore face à la porte de son bureau, elle grimaça de dépit. Avoir rendez-vous si tôt dans le bureau du Capitaine n’augurait en général pas que des éloges. Tournant les talons pour prendre la direction du bureau de son chef, elle se mit à réfléchir rapidement au contenu du dossier, les résultats qu’ils attendaient de la Scientifique, le dernier interrogatoire de Cillian avec l’homme d’affaires en question.. Elle ne vit pas ce qui pouvait éventuellement clocher, l’enquête suivait son cours. Peut-être le Capitaine avait-il des éléments nouveaux à apporter. Elle entra et attendit qu’il lui fasse signe de s’asseoir avant de prendre place. Elle s’était déjà retrouvée dans ce bureau pour diverses raisons, la dernière mémorable en date étant celle où il lui avait annoncé devoir faire à présent équipe avec Cillian. Elle doutait que ça soit de nouveau la raison aujourd’hui. Mais elle ne voyait pas le rapport avec l’enquête, hier tout semblait correct à ses yeux.

Erika, je tenais d’abord à vous féliciter. »

On ne félicitait pas quand il n’y avait pas de résultats. Elle cilla. Elle ne voyait toujours pas le rapport avec l’enquête. Le chef poursuivit, croisant ses mains sur le bureau devant lui.

Vous êtes un bon élément et je garde espoir que votre future situation n’impactera pas vos états de service plus que de mesure. Cependant, en tant que Capitaine, je me dois d’assurer la sécurité de mes agents ainsi que du respect de certaines règles vis-à-vis du code du travail. »

Ses yeux clairs se plongèrent dans ceux d’Erika. Il vit la méfiance s’éveiller dans son regard et continua comme si de rien.

Si invisible soit-elle pour le moment, agent Stojanović, je sais de source sûre que vous êtes enceinte et par là-même je suis dans l’obligation de vous retirer toute mission mettant en péril votre santé ou celle de l’enfant à naître. La charge administrative de votre travail vous est encore possible pour le moment ainsi que les interrogatoires secondaires mais pour les mois qu’il vous reste ; plus de terrain. »

La sentence tomba comme un couperet. Erika bondit de sa chaise, hors d’elle.

Quoi ?! Mais c’est injuste vous n’avez pas le droit de faire ça ! Chef, je suis tout à fait capable d’être sur le terrain encore quelques mois ! Qui vous a dit ça ?! Qui vous a dit que j’étais enceinte ? »

Elle n’avait que deux noms possibles et l’un des deux savait depuis plus longtemps que l’autre sans jamais avoir levé le petit doigt pour la punir.
Restait l’autre donc.

C’est August qui vous l’a dit. Je suis sûre que c’est lui. » lâcha-t-elle, furieuse, ayant besoin de son coupable.

Le chef ne prit même la peine de satisfaire sa réponse et fronça les sourcils.

Qui que ce soit, cette personne a eu raison de me le dire et de vous préserver de vous-même, Erika. Combien de temps pensiez-vous pouvoir me le cacher ? »

Aussi longtemps que ça pouvait m’éviter ce genre de réactions machistes. » riposta-t-elle.
Ca suffit agent Stojanović ! »

Folle de rage, Erika affronta insolemment le regard de son supérieur aussi longtemps qu’elle le put. Jusqu’à ce que sa conscience ne la rattrape et qu’elle baisse finalement les yeux, soupirant furieusement. Sourcils froncés au-dessus de son regard, elle fixa durement les pieds du bureau jusqu’à ce que son chef reprenne.

Je vais informer l’agent Henderson de votre condition et des nouvelles règles qui s’imposent à votre équipe. A la moindre dérobade, je vous préviens, je vous suspends de vos fonctions pour mise en danger de la vie d’autrui. »

Dardant à nouveau un regard noir dans celui de son Capitaine, Erika sentit son sang bouillonner. Le chef enfonça son regard dans le sien avec calme et autorité.

Est-ce que c’est bien clair ? »
Oui, Capitaine. »

La réponse manqua de lui arracher la langue. Elle n’était jamais insolente avec son Capitaine ou avec n’importe lequel de ses supérieurs encore au-dessus, jamais. Elle avait appris le sens de la hiérarchie et l’avait toujours respecté car les valeurs allaient dans le même sens que les siennes, qu’on ne lui demandait pas d’agir contre sa raison et pour son devoir. Mais la priver de l’oxygène dans son air, de l’adrénaline dans son sang … Et faire ça dans son dos sans la prévenir mais en la posant devant le fait accompli ! Elle se demandait ce qu’elle avait bien pu dire ou faire qui la fasse passer pour ces petites femmes qu’il faut choyer et dorloter au coin du feu.

Puis de la paperasse quoi merde !

Quittant le bureau d’un pas rageur, elle ne prit même pas la peine de refermer la porte. Elle ignora le regard interrogateur de son partenaire - que le Capitaine sommait déjà de venir dans son bureau – et s’enferma dans son cagibi de bureau. La matinée passa tant bien que mal mais Erika ne décolérait pas. A l’heure où elle était sensée déjeuner avec l’avocat, elle descendit au sous-sol du commissariat où se trouvait la salle de sports, trop furieuse contre lui pour se souvenir de ce rendez-vous convenu l’avant-veille. Bouillonnante de colère et de frustration, elle passa sa tenue, prit à peine le temps de s’échauffer avant de s’approcher du sac de sable le plus proche pour le marteler de coups.



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482


avatar


MESSAGES : 2283
POINTS : 768
AVATAR : Robert Downey Jr
CRÉDIT(S) : <Chouu'>
TAG LINE : On n'est jamais mieux servi que par soit même
PROFESSION : Avocat


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: You're gonna pay for this ! ▬ August   Mar 15 Nov - 18:31

“Un amour excessif est un amour coupable.”
(⚡)


Les choses ne sont pas rentrées dans l'ordre. Clairement pas. Pourtant elles ne se sont pas dégradées non plus. Erika m'informe de son état de santé régulièrement - à chaque fois que je lui rappelle que je me sens désormais concerné - et nous nous voyons très souvent. Quotidiennement lorsque nos emplois du temps respectifs le permettent.
C'est d'ailleurs à ce propos que je m'inquiète. Pas mon emploi du temps mais le sien, évidemment. Sans évoquer les problématiques et risques de fond de sa profession - qui se passent de commentaire - je me suis rendu compte que dans les formes, cela ne convient pas plus à son statut de femme enceinte. Alors je vous entends d'ici, mesdames, affirmer que l'état n'est pas une maladie et que cela n'empêche pas de travailler mais permettez-moi de vous répondre avec un argument de poids, incontestable et certain : je m'en moque.

La flicette est une femme impliquée comme personne. Elle exerce un métier qui demande tout l'investissement personnel possible, et plus encore. Je ne remets pas en question ces sacrifices nécessaires à la réussite des missions. Je ne remets pas en doute le courage des acteurs, la légitimité de leur rôle ni l'admiration que m'évoque tout ce cinéma.
Je veux simplement éviter que ce quotidien passionnant soit encore sa priorité. Erika a le droit de mettre sa profession à la place de son choix ; sauf la première. Plus maintenant. Je serai rétrogradé à la troisième position s'il le faut - notez l'énorme effort - mais l'enfant doit être son centre d'intérêt principal. Pas que je sois devenu un père fou de son gamin, nous n'en sommes pas là. Mais à mes yeux, la santé du bout de chou est directement rattachée à celle de la femme que j'aime.
Si le sujet m'est encore principalement inconnu, je sais que je ne me trompe pas : elle doit faire attention. Et j'y veillerai.

Quant aux méthodes que j'ai l'intention d'employer... Appeler sa hiérarchie n'est pas une bonne idée. Maintenant que c'est fait, je le pense toujours. Mais je l'ai fait. Que pouvais-je faire de plus ? Il fallait les prévenir car Erika n'allait pas le faire, pas tant que sa morphologie ne soit explicite ;
Et puis la prendre de court permettra peut être d'éviter une dispute. Nous allons en avoir une, nécessairement, dès qu'elle saura. Cependant j'ai évité la conversation difficile en amont. Affrontons ce qu'il se passe en aval.

Trois vérifications sur le portable, je m'empêche de l'appeler. Un peu de respect pour sa journée de boulot. Je m'inquiète vite néanmoins et je demande rapidement à la première collègue que je croise. On m'indique alors la salle de sports que je rejoins sans comprendre.
Ne devions-nous pas déjeuner ensemble ? Va-t-elle sérieusement me poser un lapin pour du sport ? ... Va-t-elle jusqu'à faire du sport durant ses heures de pause pour m'angoisser plus encore ?

Je la trouve entrain de dégommer un sac de sable. Incapable de retenir un sourire - à la fois admiratif et amusé - je retire ma veste de costume et l'accroche à la première prise possible pour m'approcher de l'énervée.
Visiblement le chef n'a pas attendu longtemps pour me vendre. Bras croisés dans le dos, je me racle la gorge afin de m'annoncer sans être à portée.

" Je préfère qu'on discute à armes égales. Si ça ne t'embête pas ! "

Dis-je en désignant ses poings inquiétants.
Le premier regard qu'elle me lance en dit long et j'opte immédiatement pour un peu de recul. Et de sérieux.

" ...On se voit ce soir si tu veux, je préparerais le repas. Ou je peux réserver le resto. C'est toi qui vois. "

Moi, je ne sais plus sur quel pied danser. Les hormones tout ça, c'est de la connerie : Erika a toujours été difficile à cerner. Et de manière générale, je n'ai jamais su comprendre toutes les réactions d'une femme. D'une femme normale.
Alors Stojanović...


♦️ ♦️ ♦️ ♦️ ♦️

« Un enfant n'a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8233-termine-august-sacha-lockhart http://www.ny-thedarkside.com/t8234-august-sacha-lockhart-il-y-a-dans-relation-l-idee-que-tout-est-relatif#714981 http://clo-usb.tumblr.com/
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5590
POINTS : 3068
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: You're gonna pay for this ! ▬ August   Jeu 17 Nov - 21:47

Ses poings s’abattaient contre le sac aussi fort que sa fureur le lui permettait. Elle fixait son objectif pour détourner son esprit de la colère qui envahissait ses veines, embrasait ses muscles. Comment pouvait-on lui faire un coup pareil ? Comment August pouvait-il lui faire ce genre de choses ? A elle ! Elle était enceinte ok, pas inapte ! D’où sortait ce soudain besoin de l’arrêter ? Le médecin n’avait pas tiqué à l’évocation de sa profession, n’avait rien préconisé de plus pour le début et surtout pas de la coller dans le placard à balais qui lui servait de bureau pour faire de la paperasse et du rangement. Parce qu’elle n’était pas idiote, la coincer au commissariat ne la dédouanait pas d’éviter les salles d’interrogatoire ou ce genre d’endroits. Ces hommes valeureux et bien plus au fait de ce qui était bon pour elle ou pas allaient bien lui trouver une contre-indication à la mord-moi-le-nœud pour éviter les interrogatoires des suspects ou le moindre suivi d’enquête. Quand elle repensait à ce que son chef avait osé lui dire sur son inconsidération quant au bébé à venir, sur ce qu’elle était capable de lui faire courir comme risques … elle avait plus encore besoin de frapper. Et frapper fort.

Je préfère qu'on discute à armes égales. Si ça ne t'embête pas ! »

Erika s’arrêta net de massacrer le sac de sable pour se tourner vers l’avocat. Les poings toujours levés, elle le regarda sans masquer un centième de sa férocité. Elle se demanda ce qu’il fichait là. Avant de se rappeler.

...On se voit ce soir si tu veux, je préparerais le repas. Ou je peux réserver le resto. C'est toi qui vois. »

Un sourire narquois barra son visage.

Parce que j’ai le choix pour ça, c’est vrai ? Ou le maître d’hôtel va m’apprendre avant que je rentre que le restaurant c’est pas très bon pour ma santé et celle du bébé et que je ferai mieux d’aller me préparer des pâtes chez moi, bien au chaud? »

Se tournant complètement vers lui, elle fit jouer la jointure de ses doigts tout en l’observant. Ses yeux lançaient des éclairs. Si elle avait tenté de garder le maximum de façade devant son supérieur hiérarchique pour ne pas laisser exploser sa colère devant lui ; devant l’avocat, elle ne prenait plus cette peine.

Oh puis tant qu’on y est, on a qu’à m’interdire de grimper sur ma moto aussi ? C’est vrai quoi, un accident c’est vite arrivé. »

Elle avança lentement vers lui, menaçante comme une bombe sur le point de lui éclater au visage.

Puis pourquoi pas m’empêcher de sortir, des fois qu’il me viendrait à l’idée de désobéir et d’aller courir ? Hein ? C’est ça que tu veux ? Mets-moi dans un incubateur tout de suite, on gagnera du temps ! »

Elle était à sa hauteur, le toisant de toute sa fureur. Son regard brûlant enfoncé dans le sien. Elle le détestait. Elle l’aimait. Elle ne savait plus. Bien sûr qu’une part d’elle comprenait, bien sûr, elle n’était pas idiote et elle se connaissait. Mais elle ne digérait pas qu’on fasse les choses dans son dos, pire qu’elle n’ait pas voix au chapitre. Encore pire, qu’on lui fasse penser qu’elle ne faisait pas les choses dans l’intérêt de l’enfant à naître. C’était faux. Certes elle ne se ménageait pas encore mais – bordel – cet enfant n’avait au mieux que trois pauvres mois ! Et quoi de pire que d’entendre de la part d’hommes incapables de comprendre les changements dans son corps qu’ils étaient plus aptes à prendre les décisions concernant sa santé qu’elle ?!
Son visage proche du sien, ses yeux enfermant les siens dans son regard, elle laissa une main glisser ses doigts contre le col de sa chemise avant de saisir lentement son cou. Sans force, un simple étau d’avertissement. Elle était furieuse, qu’il le sache.

Je suis consignée à l’enfer pour les neuf mois à venir. Pas de terrain, pas d’interrogatoire et probablement que des coups de fil à passer, des comptes à éplucher et des enquêtes à classer. J’espère que t’es satisfait de ta prise en charge docteur Lockhart ? Si le bébé naît névrosé, on saura vers qui se tourner. »

Le relâchant, elle s’écarta de lui. Une main passa dans ses cheveux qu’elle n’avait pas pris soin d’attacher dans son besoin pressant de se débarrasser de sa colère, elle soupira bruyamment. Elle se tourna à nouveau vers l’avocat.

Ça va pas être comme ça tout le long j’te préviens ! Je porte un enfant, pas une pièce de porcelaine. »



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482


avatar


MESSAGES : 2283
POINTS : 768
AVATAR : Robert Downey Jr
CRÉDIT(S) : <Chouu'>
TAG LINE : On n'est jamais mieux servi que par soit même
PROFESSION : Avocat


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: You're gonna pay for this ! ▬ August   Dim 20 Nov - 20:13

“Un amour excessif est un amour coupable.”
(⚡)


Le restaurant, à la limite, j'ai manqué de rire. Non bien entendu, dîner à l'extérieur n'est pas interdit à sa condition de femme enceinte, bien au contraire je crois. Tant que sa santé est au beau fixe, je veux m'assurer que Erika dispose d'autant des moments divertissants que nécessaire pour garder le moral. Oui, j'ai tendance à penser que les dames touchées par cette...chose, ont une tendance à la dépression. Je me trompe peut être, mon expérience professionnelle doit aussi fausser la donne mais de mémoire j'ai rarement vu une femme ravie de sa grossesse.
Le restaurant donc, je souris. La moto en revanche, j'ai bien failli l'aborder. Effectivement je trouve que la flicette devrait remettre en question cette pratique pour un temps. Les chiffres sont formels, plus de risques à moto qu'en voiture. Les accidents sont de manière générale beaucoup trop nombreux, pourquoi chercher à provoquer le danger ?

Erika boue. Elle explose même. Je ne fais pas le malin. Mon petit air narquois se dissimule vite et je m'efforce d'acquiescer calmement, montrer que je suis d'accord, que je culpabilise. Presque. Techniquement je ne souhaitais pas balancer sa grossesse à son chef. A quiconque en fait. C'est notre histoire, ça ne regarde que nous ! Mais j'étais inquiet et sans évoquer directement l'arrivée du bébé, le type a compris. Au pied du mur, il a bien fallut reconnaître et j'en ai profité pour lui demander d'être prudent avec celle que j'aime ;
Logique non ?

Je la fixe plus gravement lorsque ses doigts se placent contre mon cou. Sa haine est palpable. Et elle ne date pas d'aujourd'hui. Mon départ suite à l'annonce a laissé des marques. Des cicatrices. La crise est passée mais notre relation n'est plus la même. D'ailleurs, c'est officiel, nous sommes en convalescence. Nous est un concept qui a été traumatisé et il faudra du temps pour qu'on se sente de nouveau capable de se l'approprier.
J'étais maladroit par inexpérience, aujourd'hui je le suis par crainte. Je me sens sur un fil, une lame, la moindre bourde pourrait être fatale et devinez ce qui m'a pris ?

▬ Je suis consignée à l’enfer pour les neuf mois à venir. Pas de terrain, pas d’interrogatoire et probablement que des coups de fil à passer, des comptes à éplucher et des enquêtes à classer. J’espère que t’es satisfait de ta prise en charge docteur Lockhart ? Si le bébé naît névrosé, on saura vers qui se tourner. »

Hm. Combien de femmes ont cette vie ? Je la trouve dure à négliger ainsi la réalité de millions de personnes. Mais soit. Elle aime l'action, le danger, le bordel. Maintenant, qu'est ce que j'y peux si elle est enceinte ?
Je me frotte la nuque, embarrassé par ma propre pensée, incapable de rétorquer sans la froisser davantage.

▬ Ça va pas être comme ça tout le long j’te préviens ! Je porte un enfant, pas une pièce de porcelaine. »

" Calme toi Erika. Je ne voulais pas en parler dans ton dos, certainement pas avec tes collègues. Je pensais... je voulais simplement faire comprendre que je m'inquiète et... "

Je soupire et reviens vers elle pour lui attraper la main.

" Je mens mieux d'habitude. Excuse-moi. Ils ne vont pas te mettre au placard ce sera une belle connerie, ils savent très bien ce que tu apportes. Ne sois pas si pessimiste, tu pourras encore participer activement j'en suis sûr. "

Et après ? Il s'agit de quelques mois. Elle parle de neuf, je ne vois pas si loin. Surtout qu'elle est probablement à plus d'un mois de grossesse.

" Bon. Tu veux manger ? Sinon on peut faire du sport ensemble, je ne suis pas attendu au tribunal avant 17h. "


♦️ ♦️ ♦️ ♦️ ♦️

« Un enfant n'a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8233-termine-august-sacha-lockhart http://www.ny-thedarkside.com/t8234-august-sacha-lockhart-il-y-a-dans-relation-l-idee-que-tout-est-relatif#714981 http://clo-usb.tumblr.com/
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5590
POINTS : 3068
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: You're gonna pay for this ! ▬ August   Mer 30 Nov - 10:52

August soupira, passant une main dans sa nuque. A quoi s’attendait-il en allant voir son chef pour la dénoncer sans même prendre la peine de la prévenir ? Croyait-il vraiment s’éviter une discussion voire une engueulade en agissant ainsi ? L’idée de paraître fragile ou vulnérable aux yeux des hommes et surtout aux yeux du sien la mettait hors d’elle. Elle n’était certes pas experte en gestation et tout ce que cela pouvait impliquer pour sa condition, son travail, la santé de l’enfant à naître mais … quand même.

Calme toi Erika. (Elle fit volte-face pour le fusiller du regard.) Je ne voulais pas en parler dans ton dos, certainement pas avec tes collègues. Je pensais... je voulais simplement faire comprendre que je m'inquiète et... »

Il s’approcha d’elle, attrapant l’une de ses mains. Elle le laissa faire avec une mine qui en disait sur son agacement. Lui caresser les doigts ne suffirait pas à lui faire oublier le geste qu’il avait eu envers elle en contactant le Capitaine. Il était inquiet oui et alors ? Cela ne lui traversait-il pas l’esprit d’en parler avec elle avant ? Il savait bien comment elle était quand il était question de son travail. Il la fixa, essayant de passer outre sa colère pour expliquer son attitude.

Je mens mieux d'habitude. Excuse-moi. Ils ne vont pas te mettre au placard ce sera une belle connerie, ils savent très bien ce que tu apportes. Ne sois pas si pessimiste, tu pourras encore participer activement j'en suis sûr. »

La jeune femme lâcha un rire amer et le regarda droit dans les yeux. Il ne savait pas en réalité, il n’avait pas mesuré la portée de son acte, il n’avait pensé qu’à la protéger. L’injustice de la situation l’ulcérait. Comment lui en vouloir quand il s’impliquait ? Comment lui reprocher ? Elle passait pour la femme sans cœur qui se souciait uniquement de son propre bien-être et non de celui de leur enfant mais elle aurait mis son insigne et son Glock en jeu que tout ce cirque si tôt dans la grossesse était purement et simplement inutile. Des collègues femmes, elle en avait peu, des collègues femmes qui étaient tombées enceintes encore moins mais elle n’en avait jamais vu aucune partir avant d’avoir un ventre assez rond pour ne plus pouvoir mentir à personne sur son état. Elle, venait simplement d’apprendre potentiellement à quel mois elle en était et on la confinait déjà au bureau. Dans un mois ils lui annonceraient que c’était trop fatigant et ils l’arrêteraient pour les mois restants ?! Comment pouvait-on lui faire ça à elle ? Pourquoi cette punition ? Elle en était malade rien qu’à imaginer les semaines à venir à classer des dossiers, éplucher des lignes de comptes et chercher des numéros de téléphone et des adresses pour que Cillian puisse faire leur job à tous les deux. Elle se sentait rabaissée. Lui annoncer qu’elle était incapable de faire son travail n’aurait pas fait plus de dégâts.

Voyant qu’il n’arriverait pas à la convaincre, l’avocat changea de tactique.

Bon. Tu veux manger ? Sinon on peut faire du sport ensemble, je ne suis pas attendu au tribunal avant 17h. »

Elle le fixa, évalua les deux options d’un air pincé – essayant de se rappeler qu’il avait fait ça pour elle, malgré tout – et marmonna dans un haussement d’épaules.

Vos histoires avec le chef m’ont coupé l’appétit. Je mangerai plus tard. … Mais va pour le sport. »

Récupérant sa main, elle alla dans le fond de la salle récupérer deux paires de gants à la forme caractéristique et en lança une à l’avocat.

Je suis pas contre un petit combat. (Un sourire narquois se dessina, innocent, au coin de ses lèvres.) J’ai besoin de taper sur quelque chose. »

Elle le laissa aller se changer et se prépara pendant ce temps, attachant ses cheveux, retirant son sweat pour ne garder qu’un débardeur de sport. La Police de New York avait pourvu toutes ses salles de sport en matériel et notamment ici, un ring, de taille modeste mais qui permettait aux agents de s’entraîner un peu comme ils le souhaitaient. Erika lança dessus ses gants, une bouteille d’eau et une serviette avant de se hisser et de passer entre deux cordes.
Elle attendit qu’August la rejoigne avant d’enfiler ses gants et le regarder mettre les siens. Elle ne put empêcher un autre sourire d’apparaître et une pensée de fanfaronner, insolente :

Prêt pour ta fessée Maître Lockhart ? »

Spoiler:
 



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482


avatar


MESSAGES : 2283
POINTS : 768
AVATAR : Robert Downey Jr
CRÉDIT(S) : <Chouu'>
TAG LINE : On n'est jamais mieux servi que par soit même
PROFESSION : Avocat


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 37
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: You're gonna pay for this ! ▬ August   Sam 3 Déc - 21:40

“Un amour excessif est un amour coupable.”
(⚡)


Ce sera sport. Ma foi. J'aurai préféré un diner en tête à tête. Je la regarde s'éloigner pour s'emparer d'un matériel auquel je n'aurai pas pensé. Quoique. Quelle activité déconseiller à ma chère et tendre dans ce contexte de grossesse inattendue ? La boxe. Il fallait qu'elle choisisse la boxe et quand ce n'est pas le destin qui choisi d'être sadique avec nous, c'est Erika elle-même.
Je récupère les gants, sans un mot, et vais retirer ma veste dans un coin de la pièce. Je retire ma ceinture, défais ma chemise pour la poser sur une chaise à portée. Voilà. Je n'ai rien apporté pour me changer et, je l'admets, je fais le caprice de ne rien chercher d'autres. Il y a bien des baskets à disposition et même de quoi enfiler un survêtement. Mais la réaction caractérielle d'Erika provoque mon propre tempérament de merde.

Elle veut boxer ? Je n'ai pas besoin de super tenue. Les gants ? Simple formalité.

C'est du moins ce que je pense avant de rejoindre le ring. L'agressivité avec laquelle elle attend son adversaire me fait froid dans le dos. Un instant, j'ai failli oublier à quel point la belle peut être efficace au combat.
Nous ne nous sommes jamais battus. Physiquement. Enfin, pas sans notion charnelle, voyez. Alors oui j'appréhende. La flicette porte un enfant, notre enfant. Sans cette grossesse, j'aurai les mêmes craintes : personne ne conseillerait à un couple de se battre. Je crois.

▬ Prêt pour ta fessée Maître Lockhart ? »

" Tant que c'est toi qui la donne : toujours. "

J'aimerai détendre l'atmosphère et cherche dans sa pique un peu de légèreté. En vain. Je peine à lire en elle aujourd'hui. Depuis tout ça, c'est le flou total, en fait. Les hormones, ce doit être les hormones. A moins que notre histoire ait pris un virage que je n'ai pas su anticiper ; je déraille sans être capable de corriger ma trajectoire.
Une seule consigne : ne pas laisser la distance entre nous s'agrandir.

" Bon... Allons-y. "

Je suis plutôt judo, aïkido à la limite... Mais boxe ?
Quand les gants sont fixés à mes poignets, je constate que l'adversaire est prête et impatiente. Je relève les avants bras pour protéger mon visage dans un réflexe maladroit, incitant Erika à commencer le combat. Ce n'est certainement pas moi qui vais frapper le premier !

" Ne me casse pas le nez quand même, j'ai rendez-vous au tribunal en fin de journée. "

Elle sourit ? Non ? Sadique ou enfin détendue ? Je vois son bras s'armer puis son gant s'écrase contre moi dans un claquement significatif : elle veut frapper. D'abord caché derrière mes bras, je finis par accepter les règles du jeu et m'ouvre un peu afin de porter quelques coups. Hésitants, imprécis, je lui impose simplement quelques déplacements mais le répit est de courte durée. Son assaut suivant est particulièrement animé et ce qui devait arriver arriva ;

Le gant vient rencontre ma pommette avec générosité. Le choc me fait reculer d'un pas alors que ma garde s'affaisse totalement. Pensez-vous qu'elle me laisserait une seconde ? Je la vois revenir de plus belle et replace mes bras juste avant de m'en prendre une nouvelle.

" Rappelle-moi de changer une règle... "

Je reprends mon souffle en parant un coup avant de terminer ma phrase :

" C'est toi qui viendra me chercher pour déjeuner désormais ! "


♦️ ♦️ ♦️ ♦️ ♦️

« Un enfant n'a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8233-termine-august-sacha-lockhart http://www.ny-thedarkside.com/t8234-august-sacha-lockhart-il-y-a-dans-relation-l-idee-que-tout-est-relatif#714981 http://clo-usb.tumblr.com/
Admin - I don't cross the line
I put myself on it.

avatar


MESSAGES : 5590
POINTS : 3068
AVATAR : Stana Katic
CRÉDIT(S) : Me (Avatar) - Tumblr (Gifs)
PROFESSION : Flic à la Criminelle


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: 32 ans
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ: BLANCHE COLOMBE
MessageSujet: Re: You're gonna pay for this ! ▬ August   Dim 4 Déc - 21:19

Tant que c'est toi qui la donne : toujours. »

Dissimulant son sourire derrière un haussement de sourcils, Erika tâcha de ne pas remarquer le frisson interne que la remarque avait provoqué chez elle. Les sous-entendus grivois n’étaient pas une habitude chez elle, cela ne lui venait qu’en présence de l’avocat et à sa connaissance, personne d’autre. Pas même Cillian ou Dexter qui étaient pourtant portés sur la chose de façon quasi instinctuelle et avec qui elle partageait un degré de connivence qui sans confiner à celui qu’elle avait avec August, n’était plus une simple amitié de profession depuis longtemps. Et de façon plus générale, elle n’avait plus parlé ainsi à l’avocat depuis sa fuite précipitée, ce malgré son retour et son caractère de repenti. Ils pansaient encore de nombreuses blessures et la maladresse de l’un et de l’autre gênait à la cicatrisation. La remarque pourtant lui était venue naturellement, par esprit de compétition, pour attiser le défi entre eux. Et la réponse avait semblé toute aussi naturelle. Le fossé cessant de se creuser, ils tentaient par n’importe quel moyen de rejoindre l’autre bord.

Cependant pour le moment, si la remarque n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde, Erika était encore toute à sa détermination de flanquer une cuisante leçon à son adversaire. De une parce qu’il devait savoir de quel bois elle se chauffait quand il la prenait à revers comme il l’avait fait. De deux parce qu’elle avait besoin de se défouler de son entrevue avec le Capitaine. De trois … Elle n’avait pas de troisième raison mais les deux premières étaient largement suffisantes pour motiver la flicette. Adoptant une position qui laissait peu de doutes sur ses intentions, elle leva sa garde et attendit que l’avocat en fasse de même. La boxe, comme tout sport, avait ses règles et cela commençait par un démarrage quand les deux adversaires étaient prêts. August amena sa propre garde au niveau de son visage et tacitement, le combat démarra.

Ou pas.

Ne me casse pas le nez quand même, j'ai rendez-vous au tribunal en fin de journée. »
Oh ça va, ne fais pas l’enfant. »

Agacée autant qu’amusée (et agacée d’en être amusée !), la réponse balaya dans un soupir la tentative d’humour. Il essayait de la déconcentrer sans pour autant en profiter pour frapper. Drôle de manœuvre dont elle profita néanmoins pour lancer sa première offensive et couper court à toute discussion. Un coup direct qu’il para sans difficultés. La jeune femme se recula aussitôt pour redresser sa garde et ne pas laisser d’opportunités trop flagrantes. Les attaques de l’avocat ne la poussèrent guère dans ses retranchements sinon à lui imposer un jeu de jambes qu’elle fit tourner à son avantage quand il baissa malencontreusement sa garde. Elle n’hésita pas une seule seconde. Direct du droit, droit dans la pommette. L’avocat recula, anéantissant ce qui lui restait de défense pour reprendre ses esprits. Il lui mâchait le travail … Armant de nouveau, Erika fondit sur lui pour lui assener un revers qu’il para de justesse avant de la repousser.

Rappelle-moi de changer une règle... C'est toi qui viendra me chercher pour déjeuner désormais ! »

Cette fois, elle n’eut pas le temps de retenir son sourire. Elle leva les yeux au ciel et récupéra sa concentration en parant un coup avancé subtilement pendant sa seconde d’inattention. Son sourire réapparut, dur et satisfait. Combatif. Elle le repoussa, pressentant que le combat allait peut-être enfin pouvoir commencer.

C’est avec plaisir que je grimperai sur ma moto pour venir te chercher August. »

Les limites de son sourire s’élargirent en le voyant réagir. Le coup qu’il porta ensuite fut moins sur la retenue, moins hésitant. Elle l’esquiva d’une volte de hanche. Inutile de parer s’il mettait sa force brute, il en avait plus qu’elle. Son flanc exposé par le coup qu’il venait de porter, elle en plaça un vif pour ne pas manquer l’opportunité mais perdit quelque peu en ténacité. Elle recula avant de s’en prendre un de trop près et ré-engagea le jeu de jambes dans lequel il avait voulu l’emmener tout à l’heure, l’obligeant à bouger ses appuis pour parer les coups qui lui arrivaient dessus. Qu’elle que soit la discipline dans laquelle elle s’engageait, Erika était constamment et majoritairement plus dans l’attaque que dans la défense. Ses entraîneurs dans la Police s’étaient acharnés à lui bâtir une défense plus solide que celle qu’elle se laissait étant donné la force qui lui manquait nécessairement face à un homme du double de son poids mais malgré cela, l’attaque restait pour elle sa meilleure ligne de défense. Ne pas donner à l’autre l’occasion de porter un coup qui lui serait préjudiciable, penser autrement revenait selon elle à raisonner de façon absurde et bornée. Elle cherchait à retrancher son adversaire derrière sa garde, l’obliger à parer le moindre de ses coups plutôt que de chercher à en donner un. Mais toute stratégie a ses failles et malgré sa vigilance, le retour de boomerang ne tarda pas à frapper. Feignant de récupérer d’un précédent assaut, l’avocat parvint à glisser une attaque plus rapide que les autres qui cueillit Erika entre le menton et l’oreille, sur l’arête de la mâchoire. Sonnée, elle recula garde dressée et ouvrit puis referma plusieurs fois sa mâchoire avant de secouer la tête pour reprendre ses esprits.

Ok, je l’ai pas volée celle-là. On continue mains nues. »

Avant de se casser une dent …
Jetant ses gants hors du ring, elle attendit une seconde supplémentaire que l’avocat en ait fait de même avant de se jeter sur lui pour le faire valser cul par-dessus tête au-dessus d’elle. Elle lui adressa un sourire, mima un baiser dans l’air pour le provoquer et le laissa se relever et reprendre une garde à la croisée de plusieurs arts martiaux. Pas vraiment de règle entre eux à cet instant mais Erika n’était pas là pour casser son avocat en deux et elle doutait sans trop de peine qu’il lui veuille physiquement du mal lui aussi. Malgré cela, à jeter ses forces, son agilité et sa ténacité dans le combat, la jeune femme sentait certaines tensions se dénouer là où le silence et les mots n’y pouvaient rien changer. Ils ne réglaient pas leurs comptes – l’avocat n’y mettait même pas toute la force dont il était capable – mais certaines choses passaient physiquement entre eux. Tout du moins percevait-elle les choses ainsi.



- Rooting For You -
Even though your words hurt the most, I still wanna hear them, every day. You say let it go but I can't let it go. For I'm so scared of losing you and I don't know what I can do about it. So tell me how long, love, before you go and leave me here on my own. I know that I don't wanna know who I am without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/t8145-erika-stojanovic-once-upon-a-crime-terminee http://www.ny-thedarkside.com/t8147-erika-stojanovic-draw-your-swords http://www.ny-thedarkside.com/t8148-erika-stojanovic-a-murder-is-forever#710677 http://www.ny-thedarkside.com/t8439-erika-stojanovic-under-the-gun-uc#722482
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: You're gonna pay for this ! ▬ August   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're gonna pay for this ! ▬ August

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» ๑ This is the part of me that you're never gonna ever take away from me
» Sheamus, the irish referee. Raw 27 august 2012.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York - The Dark Side :: Commissariat-