Partagez | 
 

 Finale de la Saison I - Bond dans le temps [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu - Pour vous servir, ou vous asservir.


avatar


MESSAGES : 1053
POINTS : 211
CRÉDIT(S) : NY-TDS / vaudeviral.tumblr
TAG LINE : Des milliers de victimes potentielles... Vous parmi tant d'autres.
PROFESSION : Grande inquisitrice.


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: Inconnu
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ:
MessageSujet: Finale de la Saison I - Bond dans le temps [terminée]   Mer 18 Avr - 23:30





Trente et un millions cinq-cent-cinquante-six-milles-neuf-cents-vingt-six secondes. Cinq-cents-vingt-cinq-mille-six-cent minutes. Trois-cents-soixante-cinq jours. Cinquante-deux semaines. Douze mois. Un an.
En une année, la vie s'arrête pour certains, continue pour d'autres. Où étiez-vous, chers citoyens de la Grosse Pomme, il y a un an ? Essayez de vous remémorer ce temps, puis, souvenez-vous de tout ce qui s'est passé depuis. De ce qui a rythmé votre quotidien, de ce qui l'a bousculé, de ce qui est venu le pimenter. Votre mémoire se montre capricieuse ? Permettez à votre chère Inquisitrice de la rafraîchir.

Au printemps dernier le ciel new yorkais était en paix et le fait qu'une citoyenne de la ville ait remporté la plus grosse somme d'argent jamais proposée à la loterie /!\ FRAPPE poussa plus d'un habitant à rêver qu'un jour aussi, son tour viendrait … Alors qu'un an auparavant la ville vivait la catastrophe des manifestations à la fin tragique, ce dernier mois d'avril fut des plus calmes. Mais ne parle-t-on jamais de calme avant la tempête ? Le mois de mai vit éclater un véritable scandale dans la vie politique locale. Rattrapé par la Fatalité, Preston Connely, maire de la ville, fut frappé par l'intransigeance du destin en la personne de Cash Systol, dit « Le Cowboy », terroriste dangereux et activement recherché par les polices du monde entier, qui réussit à percer au grand jour un secret que le protecteur de la cité avait, jusque-là, brillamment caché à ses concitoyens. En effet, les révélations de la presse à propos de l'existence d'une armée secrète appelée « La Milice » eurent pour conséquence le licenciement de Connely, quelques semaines plus tard. Ce groupuscule créé lors du second mandat du maire était composé de personnes – mercenaires pour la plupart – payées à se débarrasser de la pègre et ce en ne se formalisant d'aucune procédure judiciaire. Dans l'ombre, cette police aux méthodes aussi immorales et punissables que celles des hors-la-loi voyait ses fils se faire tirer par les mains d'un marionnettiste aussi manipulateur qu'extrémiste. Mis à genoux devant un mur de preuves irréfutables, Preston Connely ne put nier les faits. En coulisses, il concédait d'ores et déjà une défaite politique et s'entendait avec ses avocats à propos de ce qui serait un procès hyper médiatisé de par le monde, aux allures de débat philosophique sur les notions de bien et de mal dans la lutte contre le crime. Le Président des États-Unis d'Amérique en personne envoya un communiqué privé en mairie de New York. Quatre heures après la réception de ce courrier, Preston Connely présenta sa démission, le vingt-huit mai deux-mille-douze. Ce véritable choc pour la population new yorkaise sema un chaos sans précédant dans l'environnement politique de la ville mais aussi au sein même des troupes du maire fraîchement remercié. La Milice, démantelée par les autorités légales et reconnues démocratiquement, vit ses membres se faire accuser un à un d'association de malfaiteurs, de crime en bande organisée et de nombreux autres chefs d'accusation qui condamnèrent plus d'un ex-milicien à de lourdes peines de prison ferme. Seule quelques-uns d'entre eux, reniés, parvinrent à échapper aux arrestations et devinrent réellement, comble de l'ironie, les hors-la-loi pour lesquels ils se faisaient passer jadis, lors de leurs missions d'infiltration. Toutefois, cette affaire retentissante n'eut pas que des côtés sombres. La Fatalité voulut que le hasard fasse bien les choses et qu'aucun des deux ennemis de toujours ne tombe sans entraîner l'autre dans sa chute. Quelques jours après la ruine de Connely, alors que tout New York n'en revenait toujours pas d'avoir été berné à ce point, un autre grand fracas fit s'écouler des litres d'encre en première page des journaux. Cash Systol, l'ennemi public n°1, avait été arrêté ! /!\ FRAPPE.

Pour rétablir la situation après cette tempête de coups de tonnerre, un nouvel homme fut nommé à la tête de la Grosse Pomme : Xavier Hoover. Suite au fiasco qui entoura le départ du prédécesseur, le Président fit savoir au nouveau maire qu'il souhaitait rétablir la paix et la sérénité dans la ville de New York. Sur ces bons conseils, Hoover entama donc son mandat dans un climat plus que tendu. Nettoyer les dégâts causés par Connely ne serait pas une mince affaire. Le vingt-et un juin symbolisa le premier événement marquant depuis la prise de positions du nouveau dirigeant. De poignantes et émouvantes commémorations furent tenues afin de préserver la mémoire de celles et ceux qui perdirent la vie lors du black out qui avait immobilisée la ville un an plus tôt. Un deuil dont tout le monde se serait bien passé. La vie battit son plein jusqu'au 4 juillet où, comme chaque année, Times Square fut le centre des attractions marquantes de la célébration de l'Indépendance du pays. Feux d'artifices, spectacles de danses, parades en tous genres et ambiance bonne enfant furent au rendez-vous sous un soleil de plomb. L'été s'annonça très chaud.

Dans le but d'asseoir sa place et de définitivement tourner la page des heures sombre de la ville, Hoover, conscient que ses habitants n'avaient pas tous les moyens de financer des vacances, passa un accord avec le dirigeant du plus grand parc d'attractions de la ville, ainsi que les propriétaires d'une dizaine de complexes nautiques. Ces derniers garantirent un accès gratuit à leurs installations durant tout le mois d'août. Les piscines new yorkaises engagèrent même du personnel supplémentaire afin de pouvoir parer à l'affluence de visiteurs. Cette année, l'office de tourisme enregistra une baisse de profit – à croire que les événements ayant marqué l'histoire de New York lors de la dernière décennie firent peur à certains touristes. Cela n'entama pas pour autant la bonne humeur des autochtones. Septembre arriva bien vite. Et ce n'est pas seulement notre cité qui se rappela des attentats tristement célèbres du 11 septembre. Afin de marquer un énième hommage, le maire fit renommer une rue proche de Ground Zero au nom de l'un des nombreux pompiers morts en héros lors de l'effondrement des Tours Jumelles. Le Président des États-Unis fit également le déplacement. C'est en plein cœur de Central Park que ce dernier planta symboliquement un arbre en guise d'honneur à toutes celles et ceux qui ont péri lors des attentats.

L'automne bien installé, les premières intempéries montrèrent de quel bois elles savaient se chauffer. Une vague de grand froid débarquée anormalement tôt dans la saison vint geler les trottoirs de la ville, les canalisations des immeubles ainsi que les routes, ce qui provoqua plusieurs accidents pour le moins spectaculaires /!\ FRAPPE. Fin octobre, un concours de citrouilles géantes fut organisé pour divertir la plèbe. Il rencontra un grand succès et les images des cucurbitacées éviscères sur la place de l'Unisphere firent le tour des rubriques insolites des JT du monde entier. Le 4 novembre, la ville organisa l'annuel marathon. Ici encore, un franc succès fut constaté ; de nombreuses personnalités firent le déplacement (Brad Pitt, Will Smith, Lady Gaga, Rihanna, Michelle Obama) dans l'espoir de motiver le plus de participants possibles. La dynamique positive de la ville semblait renouer avec les sommets de sa réputation internationale, mais comme bien souvent, le malheur des uns se cachaient dans l'ombre du bonheur des autres /!\ FRAPPE.

21/12/2012. La date qui fit trembler le monde entier. New York n'y échappa pas. Dans une ambiance de franche paranoïa, cent-quarante-cinq personnes se donnèrent la mort, rassemblées dans un entrepôt situé dans le Bronx. Par la suite, la police ne parvint pas à établir un profil collectif, ni de lien ayant pu relier les victimes, si ce n'étaient les témoignages de leurs proches, tous catégoriques lorsqu'ils expliquèrent que les victimes avaient redouté d'heure en heure l'arrivée de la fin du monde /!\ FRAPPE.

Le passage à la nouvelle année fut marqué – comme chaque premier janvier – par un feu d'artifices ainsi que par un discours du maire. /!\ FRAPPE. Celui-ci étant aux commandes de la mairie depuis déjà six mois. Adressant ses meilleurs vœux à l'Amérique toute entière, son speech fut retransmis sur des écrans géants semés un peu partout dans la métropole. Promettant une année meilleure et moins morose que 2012, il fit bonne impression auprès de son auditoire. Sa popularité au beau fixe, Hoover se contenta de continuer à réparer les dégâts de l'ère Connely. Cependant, c'est un peu comme si les éléments appréciaient particulièrement se déchaîner sur la Grosse Pomme. À la fin de l'hiver, un cargo naviguant illégalement de nuit vint entrer en collision avec un rocher éloigné de la côte. Le bateau fut immobilisé mais perdit tout le contenu de ses réservoirs. Le fioul lâché en pleine nature vint créer une mini marée noire sur certaines des plus belles plages de sable fin de Staten Island. Une catastrophe écologique à l'aube d'un printemps assez calme.




    Votre fidèle Inquisitrice, le 18 avril 2013.  




Fatalité  Fatalité Fatalité

La sévérité de la chute est proportionnelle à la grandeur de l'estime que l'on a de soi...






Dernière édition par La Fatalité le Dim 23 Juin - 14:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/staff-du-forum-f8/la-fatalite-et-le-maire-t14.htm http://www.ny-thedarkside.com
Maître du Jeu - Pour vous servir, ou vous asservir.


avatar


MESSAGES : 1053
POINTS : 211
CRÉDIT(S) : NY-TDS / vaudeviral.tumblr
TAG LINE : Des milliers de victimes potentielles... Vous parmi tant d'autres.
PROFESSION : Grande inquisitrice.


Feuille de personnage
ÂGE DU PERSONNAGE: Inconnu
CASIER JUDICIAIRE:
RANG DE CRIMINALITÉ:
MessageSujet: Re: Finale de la Saison I - Bond dans le temps [terminée]   Dim 23 Juin - 14:21

Citation :
CHRONOLOGIE SIMPLIFIÉE :

25 avril 2012 : FRAPPE : Lilihianna Wildson remporte dix millions de dollars à la loterie nationale.
5 mai 2012 : Cash Systol lâche un pavé dans la mare en révélant au grand public l'existence de la Milice.
28 mai 2012 : Le Président envoie un communiqué à Connely.
28 mai 2012 : Preston Connely démissionne de ses fonctions de maire de la ville de New York.
29 mai 2012 : Les autorités légales démantèle le réseau de miliciens. La plupart se voient attribuer de lourdes peines d'incarcération, les autres sont condamnés à fuirent la justice.
30 mai 2012 : FRAPPE : Arrestation de Cash Systol.
1er juin 2012 : Arrivée d'un nouveau Maire à la tête de la ville : Xavier Hoover.
21 juin 2012 : Commémorations des victimes du black out de 2011.
4 juillet 2012 : Célébrations diverses et variées lors de l'anniversaire de l'Indépendance du pays.
1er août 2012 : Le maire passe un accord avec certains patrons d'établissements de loisirs. Le parc d'attractions de la ville ainsi qu'une dizaine de piscines font des entrées gratuites pour tout le mois d'août.
11 septembre 2012 : Vague de commémorations pour les victimes des attentats de 2001. Le maire fait nommer une rue proche de Ground Zero au le nom d'un des pompiers morts en mission lors des attentats. Le Président fit également le déplacement et vint planter un arbre symbolique en plein Central Park.
30 octobre 2012 : Organisation d'un concours de citrouilles géantes Place de l'Unisphère, pour Halloween.
2 novembre 2012 : FRAPPE : Ollie Malborough-Sarraute est percuté par un véhicule un jour de verglas.
4 novembre 2012 : Marathon de New York. Présence, sur place, de nombreuses célébrités pour motiver les troupes.
10 novembre 2012 : FRAPPE : Agression du clan Artes.
21 décembre 2012 : Suicide collectif – dans un entrepôt du Bronx – de 145 personnes ayant cru à la fin du monde. Énorme tapage médiatique, les rumeurs les plus folles se sont propagées sur le net + FRAPPE : Agression - à Central Park - de la famille Evans, par un désaxé ayant cru aux-dites rumeurs d'apocalypse.
1er janvier 2013 : Célébrations du passage à la nouvelle année > discours du maire retransmis sur écrans géants + FRAPPE : Tara Delaney apprend à ses dépends que rentrer ivre diminue considérablement les chances de n'oublier aucune affaire précieuse derrière soi.
16 février 2013 : Un cargo naviguant illégalement dans les eaux new yorkaises entre en collision avec un rocher. Il perd tout le fioul contenu dans ses réserves et on déclare une mini marée noire qui touche les plages de Staten Island.




Fatalité  Fatalité Fatalité

La sévérité de la chute est proportionnelle à la grandeur de l'estime que l'on a de soi...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ny-thedarkside.com/staff-du-forum-f8/la-fatalite-et-le-maire-t14.htm http://www.ny-thedarkside.com
 

Finale de la Saison I - Bond dans le temps [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Finale de la Saison I - Bond dans le temps [terminée]
» Bond dans le temps, année 1753
» Que ce cache-t-il dans ce briquet ? (terminée)
» [PREFETS] Que diable allait-il faire dans cette galère ?! [Terminé]
» Reprendre les choses en main. [RP Bond dans le Futur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York - The Dark Side :: ♠ AVANT-PROPOS ♠ :: Avant de jouer :: Rules & Contexte :: Saison II (2013 / ...) - EN COURS-